lienlien
Membre du mois ♥


Top voteur ♥




 :: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Léo Bonhart, je vous sers quoi ?

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 28/04/2017
Age : 18
Sam 29 Avr - 0:06
Léo Bonhart

Âge ➔ 38 ans
Sexe ➔ Masculin
Sexualité ➔ Hétéro

Origine(s) ➔ La Martinique
Etude/Emploi ➔ Chef cuisinier
Statut social ➔ Personnel

Race ➔ Humain
Pouvoir ➔ Un potentiel de séduction digne des dieuuuux ! Ouais nan, en fait il n’a rien.

Caractéristique ➔ Génie de la cuisine !

Moral et Physique

 Notre cher Léo est d’une complexité absolument nullissime. Il n’y a pas grand-chose à cerner pour pouvoir le comprendre, et l’avoir pratiquement à sa botte. Ses centres d’intérêt ne sont que très réduits. Ce qu’il aime le plus ? Vous l’avez sûrement deviné… J’espère pour vous en tout cas, c’est la cuisine ! Ce n’est pas son obsession de vie non plus, mais cuisiner est réellement ce qui permet à notre presque quinquagénaire de s’épanouir et de se sentir utile surtout. Par contre, n’espérez aucune humilité de sa part sur ce point. Léo se considère comme un génie culinaire, tout bonnement, et son caractère buté et franc est un sacré obstacle si vous avez un jour l’ambition de lui prouver le contraire.

Sinon, que peut-elle bien aimer cette grosse masse de muscles ? Etonnamment, les livres d’histoires, déjà, et en second lieu la musique. Tous les styles de musiques lui plaisent, ou lui ont plu un jour, ou lui plairont probablement à un moment ou à un autre. Très entier dans ses passions, le cuistot aura tendance à découvrir un groupe, complètement devenir fan incontestable pendant... aller, trois mois, puis passer à autre chose. Ce qui fait qu’il a, dans son appartement, des dizaines d’albums collectors de groupes divers et variés, mais auxquels il ne touche jamais. Ses lèvres fredonnant toujours telle ou telle chanson, Léo passe rarement inaperçu, et il s’en moque bel et bien.

De sa voix puissante, qu’il a beaucoup de mal à modérer, il aime bavarder et rencontrer de nouvelles personnes. C’est en partie pour cela qu’il est venu s’installer sur l’île. Ne possédant aucun préjugé sur les Enigmas, le chef cuistot considère des plus intéressantes n’importe quelle rencontre qu’il peut faire avec un être de cette nature, frisant parfois le ridicule lorsqu’il essaye à tout prix de maintenir une conversation stérile pour retenir la personne concernée.

En le voyant, certains se disent tout simplement qu’il n’a pas d’histoire capable d’éveiller la tristesse derrière ce sourire jovial, d’autres encore se croient plus malins que les premiers et ont tendance à considérer ce bonheur comme complètement feint. En réalité, c’est plutôt un entre-deux en réalité. Si vous vous rapprochez un peu de Léo, il vous apprendra bien vite pourquoi un homme de sa trempe n’a toujours pas de bague au doigt. Enfin, vous verrez tout cela dans l’histoire un peu plus bas.

En conclusion, Léo est quelqu’un qui adore son travail, qui aime la vie –même si un peu moins que son job- et qui trouve ce qu’il peut pour s’occuper lorsque l’heure n’est pas à nourrir toute cette vaste ménagerie hétéroclite. Il sait être blagueur, autoritaire, tenace, et oscille entre des moments de grand sang-froid et une colère –souvent légitime- qui peut finir assez mal pour le mobilier alentour.

Bon, physiquement, vous aurez peut-être remarqué que Léo est de ceux qui se remarquent. Bien grand, dans le mètre quatre-vingt-quinze, la tignasse rousse dû à son ascendant de la métropole française, une barbe proéminente, mais correctement taillée. Rien que son visage se démarque dans la foule. Les traits durs, et pourtant si joviales et avenants. On dirait plus un soldat, de fait, qu’un chef cuisinier. Et pourtant, malgré ses puissantes mains qui ne semblent pas taillées pour la minutie et la précision, il est franchement doué dans son domaine. (Il le sait, en plus, acceptant difficilement les critiques sur son travail)


Sinon, que dire de plus sur notre cuistot. Il rit beaucoup, souvent, et comme tout ce qu’il fait ou dit ça s’entend de très loin. On ne saurait dire son origine exacte, vu qu’il a la peau d’un occidental vivant sur les îles depuis un long moment, mais le tout surmonté de sa chevelure de flammes désordonnée qui vient un peu gâcher l’homogénéité du tableau. Néanmoins, on ne peut pas affirmer qu’il inspire l’antipathie. Le fait qu’il s’entende avec absolument tout le monde est un bon indicateur de sa nature.

Niveau vestimentaire, là par contre il n’y a plus rien à faire. Doté d’une résistance aux températures les plus vastes qui frise le taoïsme, il se trimballera quasiment toujours en t-shirt avec un short s’il fait chaud et un jean quand il fait moins chaud. Même en plein soleil il ne bronchera pas sur la chaleur qui lui écrase la figure. En même temps, quand tu passes ta journée entouré de plaques de cuisson, de fours et compagnie, le soleil caribéen fait pâle figure.

Histoire

Né en l’an de grâce 1979, Léo est l’enfant d’un couple de français vivant sur l’île de la Martinique. Son père s’était éprit de l’île, et surtout de la future mère de Léo, durant un voyage culinaire sur place. Il décide finalement de vivre là-bas au début des années soixante-dix et de fonder une famille avec sa belle, elle aussi originaire de la métropole. Dominique, le bien nommé père de Léo, est propriétaire d’un restaurant qu’il dirige d’ailleurs encore de nos jours. Lorsque le petit enfant roux est arrivé dans cette famille de croyants, il fut accueilli avec toute la joie qu’une nouvelle famille pouvait éprouver. Dans un tel cadre de vie, la personnalité extravertie de notre futur cuistot ne pouvait que s’affirmer et s’épanouir. Les années scolaires ont été quelque peu rudes cependant. Tantôt traité de rouquin, tantôt de géant, Léo fut fortement stigmatisé, mais cela ne l’empêcha pas de vivre ordinairement son enfance, puis son adolescence, jusqu’à entrer en apprentissage dans le restaurant familial.

La Martinique étant une ile relativement petite, tout le monde se connait un peu dans certains milieux, dont celui de la restauration. Remarqué par un ami de son paternel, propriétaire d’un hôtel de luxe à Fort-de-France, Léo a l’opportunité d’être embauché, à seulement dix-neuf ans, dans cet impressionnant complexe qui fut l’école la plus dure à laquelle il alla de toute sa vie. La pression, l’exigence omniprésente, la rigueur imposée, la chaleur… Si vous posez des questions sur cette période de la vie de Léo, il vous décrira ça comme un état proche de celui condamné à l’Enfer. Le fait est, cependant, qu’il est ressorti au bout de cinq ans de cette aventure avec bien plus de compétence, de passion et de talent que son propre père. Ce dernier lui en a peut-être voulu pendant un temps, mais aujourd’hui, vieillesse faisant son chemin, il reste peu de rancœur enfouie qui date de cette époque.

Côté cœur, pendant ces cinq années d’intense formation, Léo avait tout de même le temps de courir à la recherche d’une potentielle bien-aimée, qui ne fut d’ailleurs pas si difficile que ça à trouver. Bosser dans un hôtel hors de prix permet d’attirer du beau monde, et Sophie était de ces filles de bourgeois qui s’ennuyaient suffisamment pour tomber dans les bras du cuisinier de service. Et pourtant, leur relation qui partait pour ne pas durer se transforma bientôt en idylle tout ce qu’il y a de plus adorable. Ils achetèrent une petite maison à Fort-de-France, et à l’aube du nouveau millénaire, à l’âge de vingt-et-un printemps, Léo Bonhart devint père d’une petite fille à la peau allée d’un grand charme.

Et cette petite famille continua son train de vie d’insulaires tropicaux pendant trois ans. La femme de notre cuisinier ne travaillait qu’à mi-temps dans une supérette, préférant garder le gros de son temps pour son mari et sa fille. Mais de son côté, Léo vivait un train de vie bien moins tranquille. Poussé au dos par un employeur toujours plus exigeant, le caractère entier du jeune homme lui apporta bien des soucis avec sa hiérarchie. Le stress n’aidant pas, il ne rentrait pas chez lui particulièrement heureux de son destin professionnel. Les échanges du couple devenaient de moins en moins romantiques, laissant place à une incompréhension mutuelle, chacun se pensant plus accablé de travail que l’autre. Puis arriva le moment fatidique où l’amas de colère qu’était devenu Léo céda d’un coup. Il battu sa bien-aimée Sophie, lors d’une dispute particulièrement violente, et l’envoya tout droit à l’hôpital.

Les évènements suivants sont facilement compréhensibles. Plainte déposée auprès de la police, puis procès, victoire de Sophie Bonhart, qui divorce, puis procès de nouveau pour obtenir la garde de sa fille, victoire de nouveau. Léo n’avait plus qu’à laisser à son ex-épouse la maison qu’ils avaient achetés tous les deux, et il pouvait de nouveau disposer de son temps, qu’il avait en quantité depuis son licenciement, et du petit appartement qu’il avait récupéré de son côté. En général, de tels bouleversements dont vous vous savez l’unique cause, cela n’aide pas à remonter la pente. Aidé par ses parents, toujours restés auprès de lui, Léo vit régulièrement un psychologue pendant encore deux ans. N’ayant aucune chance de revoir sa fille un jour, il décida tout bonnement de quitter son île natale pour aller chercher du travail le plus loin possible de cette terre si chargée de mauvais souvenirs. Le cuistot hésita à aller en France, ou en Floride. Dans les deux cas, il savait parler la langue locale. Mais il tomba nez à nez avec une annonce pour le moins intéressante. L’Académie Khrysalis, cet étrange établissement qui récupérait les Enigmas pour les éduquer, recherchait un chef cuisinier. Il avait bien plus de compétences qu’il n’en fallait, et la curiosité de côtoyer ces créatures le poussa à sauter le pas et prendre le poste.

Même si ses antécédents judiciaires ont fait un peu grincer les dents (pointues) de la directrice, elle s’inclina tout de même face à la qualification sans comparaison de Léo pour la place proposée. Il saurait sans peine gérer l’équipe hyperactive des cuisiniers de l’Académie, elle en était persuadée. Cela fait donc maintenant une dizaine d’années que Léo Bonhart, divorcé et père d’une fille qu’il n’a plus revu depuis sa petite enfance, cuisine jour après jour pour nourrir ces élèves et leurs enseignants en qui il a trouvé une nouvelle famille qui le respecte pour ce qu’il est et les multiples compétences qu’il montre à chaque instant. Bien qu’un peu nostalgique de son passé martiniquais, il ne refuserait pour rien au monde de quitter cet endroit si atypique et intéressant, sa curiosité étant toujours plus grande à mesure qu’il rencontre de nouveaux Enigmas. Néanmoins, si vous lui faites la conversation, il se peut qu’il sorte de sa poche son petit portefeuille de cuir dans lequel s’use lentement une vieille photo de la petite Annabelle Bonhart. Du fond de son énorme cœur, Léo songe toujours plus à retourner, au moins pour quelques semaines, à la Martinique pour essayer de retrouver son ancienne épouse et revoir, au moins une fois, la chair de sa chair.


Derrière mon écran

Pseudo ➔ Trataloup

Je suis arrivé grâce à ➔ Partenariat Chroniques d’Irydaë. ^^

Mes premières impressions ➔ Un forum tout mignon tout plein ! Hâte de le voir évoluer. =D

Identité de l'avatar ➔ Fate/Zero - Rider

Code du règlementValidé par Nina



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 199
Date d'inscription : 28/03/2017
Sam 29 Avr - 8:04
Bonjour et bienvenue parmis nous !! :D Un cuisinieeer !!! **

Je viens de me réveillé le, donc... dès que j'ai un ordi dans la journée, je lis tout ça ! J'aime déje ton perso à vrai dire **

►____________signature____________◄

Lysander normal : #000 // Lysander pendant et après avoir utilisé son pouvoir : #FF0000


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 266
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 18
Sam 29 Avr - 10:34
A MANGER !!!!!!!!!!!!!!! *^*

Je viendrais souvent te voir ! :D
Bienvenue ! ^^

►____________signature____________◄


Laïska vous dessine en #660033
"A cutie fox ?":
 

Pensez à voter!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 28/04/2017
Age : 18
Sam 29 Avr - 11:18
Merci beaucoup vous deux ! =D

J'espère que vous allez apprécié ma fiche. ^-^

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 128
Date d'inscription : 29/03/2017
Sam 29 Avr - 13:05
Hello à toi !

Je t'avais déjà dit que j'avais hâte de pouvoir lire ta fiche et je n'ai pas été déçue. J'aime beaucoup ton personnage ! Je pense que Nina ira sûrement le voir très souvent pour en apprendre le plus possible sur sa façon de cuisiner !

Du coup, je devance Lysander pour valider ta fiche :)


Félicitation, tu es validé ! ♥



Bienvenue en tant que professeur/membre du personnel à Khrysalis Academy ! Nous comptons sur toi pour surveiller les petits chenapans~ Tu peux dès à présent faire tout ça ! :

• Recenser ton avatar www
• Recenser ta race/ton pouvoir www
• Demander une chambre ou une habitation en ville www

• Demander un ou plusieurs rps www
• Créer ta fiche de lien www
• T'inscrire sur les différentes réseaux sociaux www

• Et si tu es un dc, recenser ton compte ! www

Nous te souhaitons de passer de bons moments parmi nous ! ♥



►____________signature____________◄


   
Maybe I'm foolish, maybe I'm blind. Thinking I can see through this and see what's behind. Got no way to prove it so maybe I'm blind. But I'm only human after all, I'm only human after all ! Don't put your blame on me !

RPG:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Léo Bonhart, je vous sers quoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Et vous lisez quoi en ce moment?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Et vous, vous faites quoi ?
» Vous preferez quoi ( signature ) ??
» BILLIE-LOU ϟ ❝ vous savez quoi? j'aime être désirée et surtout harcelée ❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academie Khrysalis :: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: