lienlien
Membre du mois ♥


Top voteur ♥




 :: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Let me read inside your mind - Aaron Whei (finish)

avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 30/04/2017
Lun 1 Mai - 20:15
Aaron Whei

Âge ➔ 25 ans
Sexe ➔ Masculin
Sexualité ➔ Hétérosexuel

Origine(s) ➔ Britannique et Chinois
Etude/Emploi ➔ Psychologue scolaire
Statut social ➔ Célibataire

Race ➔ Enigma
Pouvoir ➔ Le pouvoir de Aaron est lié à la mort. En effet, le jeune homme possède deux capacités liées à cela. Tout d'abord, les morts connaissant les causes et les dates de la mort de tous les êtres humains vivants toujours sur cette terre, ils peuvent transmettre cette information à Aaron. Cependant, il s'est persuadé, au fil du temps, que transmettre ce genre d'information aux personnes concernées était une véritable malédiction pour celles-ci. Néanmoins, il lui est déjà arrivé de se mettre au travers de la volonté de la mort et empêchant le décès de personnes dont il avait prédit la mort. Chaque fois qu'il agit ainsi, une cicatrice se dessine sur son corps. Quand cela arrive, le jeune homme a toujours l'impression que sa peau se déchire. C'est une source de grande douleur.

Une autre dimensions de son pouvoir consiste à pouvoir voir et communiquer avec les personnes décédées. Ainsi, il n'est pas rare d'avoir l'impression qu'Aaron parle tout seul en permanence. De plus, comme Aaron est, à peu de choses près, la seule personne qui voit les morts, ceux-ci passent énormément de temps avec lui et le jeune homme a rarement l'occasion d'avoir des moments à lui.

Caractéristique ➔ Aaron porte toujours une boucle d'oreille représentant une orbe de couleur bleu nuit.

Moral et Physique

Je vous ai d’ores et déjà expliqué que, pour moi, l’apparence physique était une bonne occasion d’en apprendre plus sur une personne. Cela ne permet pas de connaître son interlocuteur, sa personnalité ou ses intentions, mais c’est déjà un bon indicateur de son état d’esprit actuel.

Si l’on parle de moi, on peut dire que cela peut sembler quelque peu paradoxal que je me base, dans un premier temps, sur l’apparence des gens, pour comprendre à qui j’ai affaire… Pourquoi est-ce incohérent ? Peut-être parce que l’image que je renvoie de moi-même n’a pas grand-chose à voir avec la personne que je suis réellement ? Ne vous emballez pas ! Par là, je ne veux pas dire que si j’ai l’air raffiné et élégant, en réalité, je fais des concours de flatulences avec mes amis, loin de là ! Je veux simplement dire que quelque chose d’autre se cache derrière une première impression froide, distante et sereine.


Je doute que ma démarche, mon langage corporel et peut-être même, ma profession me donne l’air d’une personne chaleureuse et enjouée. En réalité, il est déjà arrivé plusieurs fois que je m’approche d’un groupe d’élève pour leur exprimer mon admiration devant leur style vestimentaire et que ceux-ci fuient avant même que j’arrive, car ils pensaient que j’allais les réprimander. Quel malheur ! Moi qui ne souhaite que rencontrer de nouvelles personnes et passer, s’il le faut, des heures à discuter de choses mêmes banales ! Je présente une addiction aux relations sociales. Le contact humain est la dose d’héroïne dont j’ai besoin quotidiennement. Cette dose, je ne me prends pas trop la tête pour me la procurer. Elle peut me venir d’un collègue qui venait simplement me demander mon emploi du temps à une femme de ménage qui a eu le malheur de venir nettoyer mon bureau alors que je m’y trouvais encore ! J’adore parler et j’adore écouter. Autant vous dire que, si vous êtes nouveaux dans cette Académie, d’ici la fin de l’année, vous connaîtrez toutes les tonalités du son de ma voix. Après tout, je parle à tout le monde. Vivant ou mort. Ce que j’aime encore plus que ces longues discussions, c’est le contact physique ! Presque tout le monde y passe. Cependant, je préfère préciser que je sais respecter les règles de la hiérarchie et que je ne me permettrai jamais de sauter dans les bras de la directrice ou de chatouiller un élève jusqu’à ce que mort s’en suive !

De par ma profession, je pense pouvoir affirmer que je suis une personne à qui on peut se confier sans trop se faire de soucis. En réalité, je ne suis pas du tout du genre à hurler ce que je sais sur tous les toits, j’ai bien trop peur de perdre mon travail ! Cependant, je dois admettre que je suis un grand amateur de ragot et que mon travail me permet de satisfaire pleinement ce pan-là de ma personnalité. Plus qu’un fan de ragots, je suis totalement imprégné de cette mission que l’on m’a confiée : aider les autres. Je prendrais toujours du temps pour essayer de trouver une solution aux problèmes de tout un chacun et, ce, même si cela doit me prendre une bonne partie de la nuit. Cependant, gars à vous si j’ai des cernes suite à cela !


Finalement, on peut dire que c’est plutôt bénéfique que je sois un moulin à paroles, car je ne suis « physiquement » pas très expressif en ce qui concerne mes émotions. Bien entendu, je rigole, comme tout le monde, mais vous ne me verrez pas souvent avec un sourire béant ou des larmes qui coulent le long de mes joues. Encore une fois, mon apparence vous trompe en faisant passer ma retenue pour de la froideur.


Outre mon amour pour les contacts humains et pour les discussions, nombreuses sont mes passions ou, en tout cas, mes occupations. Donner moi un crayon et du papier et je pourrais vous dessiner les plus beaux moutons que vous n’avez jamais vus ! Non, plus sérieusement : j’apprécie le dessin, même si j’ai une préférence pour l’art abstrait. La musique ? J’ai appris à jouer du piano et du clavecin durant ma… erhm… jeunesse et j’écoute tout type de musique temps que je parviens à m’évader en l’écoutant. Mon côté sportif, lui, a longtemps été laissé à l’abandon, là-bas, dans un coin poussiéreux. Cependant, ne faisons pas preuve de mauvaise foi ! J’apprécie d’être quelque peu actif en faisant de la course à pied, du volley ou du badminton, mais je pense que tous les autres sports inventés depuis la création de l’Univers ne veulent pas de moi, ce qui me rend particulièrement triste.

Mon autre passion est pour ces créatures nommées les Enigmas. En effet, j’ai beau faire moi-même partie de cette race, j’ai une immense fascination pour la diversité des pouvoirs que ces créatures possèdent. Du coup, il arrive souvent que je profite de mes contacts privilégiés avec les élèves pour demander des démonstrations de leurs capacités.

Maintenant que nous évoquons les Enigmas, autant faire une petite parenthèse sur mon pouvoir. Depuis ma plus tendre enfance, je n’ai jamais eu l’occasion d’être réellement seul. De par ma nature sociable, je passais mon temps entouré de mes amis et de ma famille et, lorsque le soir venait, j’étais accompagné d’esprits qui ne parvenaient pas à quitter la terre pour rejoindre les limbes. Tout cela pour dire que je n’ai jamais eu l’occasion d’être seul. La solitude, plus qu’un inconfort, est une réelle peur pour moi. Je ne supporte pas d’être éloigné trop longtemps du commun des mortels. Cette peur de la solitude et la compagnie de certains de ces fantômes est à l’origine de nombreuses terreurs nocturnes.
Je crois que je ne me tromperai pas en vous affirmant que je suis une personne très fière et soigneuse de son apparence. D'ailleurs, je pars du principe que l'apparence est quelque chose d'extrêmement important. Une tenue irréprochable, une coiffure travaillée, un physique agréable à regarder, etc. Tous ces éléments qui peuvent vous sembler être des détails me sont indispensables. Je ne veux pas dire par là que je suis quelqu'un de superficiel ! Cependant, je reste persuadé que l'apparence d'une personne donne beaucoup d'informations sur la dite personne. Une demoiselle tout apprêtée et dont la tenue ne présente pas le moindre défaut peut signifier tant de choses... Est-ce une personne tellement vide que seule son apparence présente un intérêt ? Ou alors, au contraire, est-ce vous qui avez une importance suffisante pour donner à cette demoiselle une raison de mettre tant d'application dans la présentation de sa personne ? L'apparence n'est pas une science certaine, mais elle permet de soulever certaines hypothèses avant même que la personne en face de nous n'ait ouvert la bouche...

Ainsi, vous comprendrez aisément qu'il est tout à fait naturel pour moi de vous décrire ce à quoi je ressemble. Après tout, s'il est nécessaire pour moi de savoir physiquement à qui je m'adresse, j'imagine qu'il en est de même pour vous. N'est-ce pas ?

Soit, je vais commencer par vous avouer que, pour moi, les éléments qui me caractérisent le plus sont certainement ma classe est mon élégance. Non, je ne fais pas que de me lancer des fleurs, je suis simplement réaliste. Je trouve qu'il est nécessaire que je me montre toujours sous mon meilleur jour aux personnes que je côtoie. Je considère, d'ailleurs, que cela serait un manque de respect de ma part que de ne pas être irréprochable ! Je suis bien heureux de ne plus être un élève ici et de pouvoir me pavaner, aujourd’hui, dans mes plus beaux vêtements. Cependant, pour ne pas ruiner complètement ce style, je m'arrange pour que ma chevelure noir de jais soit parfaitement coiffée. Porter de cheveux mi-longs n'était pas la meilleure de mes idées, car ceux-ci sont parfois bien difficiles à dompter, mais je dois avouer que je préfère ma tête ainsi. On va dire que ce "type de coiffure" donne à mon visage des contours plus harmonieux.


Un autre point que je considère important pour m'assurer une bonne présentation, mais aussi, accessoirement, pour rester en bonne santé, c'est le sommeil. En effet, qui peut se targuer d'être désirable quand il a des cernes de plus de trente centimètres sous les yeux ? Certainement pas moi ! Du coup, j'apprécie et surtout, j'exige de pouvoir avoir suffisamment d'heure de sommeil si j'ai prévu de croiser qui que ce soit le lendemain. D'autant plus que, ayant le teint très pâle, si j'ai le malheur d'avoir des cernes, je vous laisse imaginer le résultat. Ce serait l'occasion pour le monde entier de rencontrer le premier homme-panda. Quelle horreur... Je sais parfaitement que le bleu profond de mes yeux ne suffirait malheureusement pas à faire oublier une telle vision de l'apocalypse... Faites-moi confiance, généralement, je ferai toujours bien attention à ce que vous ne reteniez de moi que ma grande taille (tout le monde ne mesure pas un mètre quatre-vingt-dix), ma silhouette athlétique et mon élégance naturelle !

Histoire

Faut-il réellement que je m’attarde sur ce qu’a été ma vie jusqu’au jour d’aujourd’hui ? Ce n'est pas que cela me gêne ou quoi que ce soit du style, mais ce n’est pas tous les jours qu’on prend le temps de se remémorer toutes les étapes importantes de sa vie uniquement pour tout raconter à un parfait inconnu. Enfin, personnellement, cela ne m’était jamais arrivé avant aujourd’hui.

Du coup, puisqu’il faut bien commencer quelque part, je vais vous parler de mes parents : Mei Whei et Jason Whei. Mon père travaillait dans une boite d’informatique londonienne et c’est lorsqu’il fut transféré en Chine qu’il rencontra ma mère. Ce transfert était censé ne durer que quatre ans, mais l’amour qui unissait ma mère et mon père acheva de convaincre celui-ci de rester dans ce merveilleux pays et d’y épouser la femme qui le rendait si heureux. Ainsi, à l’occasion de cette union, mon père décida de conserver le nom de famille de ma mère. Il pensait, à raison, que ce serait plus simple pour lui de s’intégrer autant socialement que professionnellement.
Quelques années plus tard, Aaron Whei, c’est-à-dire moi, vit finalement le jour à Harbin. J’étais la cerise sur le gâteau qui venait terminer de compléter le bonheur de Jason et Mei.

Mon enfance fut réellement harmonieuse. Ma mère, une professeure en école primaire et mon père n’étaient pas les possesseurs d’une incroyable fortune, mais nous n’avons jamais manqué de rien. J’étais scolarisé dans une bonne école ou j’avais beaucoup d’amis et nous partions souvent en vacances à Shanghai ou à Pékin. Je me souviens même que j’avais eu l’occasion, à l’âge de 8 ans, de voyager à Londres pour rencontrer le côté paternel de ma famille. Ce voyage fut la source d’une réelle motivation pour mon apprentissage de l’anglais. Mon père étant un bon professeur, je m’étais retrouvé parfaitement bilingue chinois-anglais à l’âge de 10 ans.

Ma vie continua tranquillement jusqu’à l’âge de 14 ans. Jusque-là, tout s’était plutôt bien passé. Ma nature sympathique et curieuse m’avait conduit à me faire de nombreux amis. J’étais toujours très entouré et je m’arrangeais pour être très impliqué dans la vie active de mon école. Je me souviens avec amusement de mes cours de piano et de clavecin et de l’équipe de volleyball dans laquelle je m’étais inscrit. D’ailleurs, les représentations du conservatoire et les matchs de volleyball étaient un témoin de la bonne santé de ma situation familiale et sociale.

Comme je vous le disais, ma vie commença à changer drastiquement quelque peu après mon 14ème anniversaire. En effet, moi qui n’avais jamais eu aucun souci de santé jusque-là, voilà que je commençais à entendre des voix sans que personne ne semble en être à l’origine. C’était plutôt déconcertant comme expérience. Je pensais que je devenais schizophrène ou complètement fou ! Malgré la très bonne relation que j’entretenais avec mes parents, je n’avais pas tout de suite osé leur faire part de ces étrangetés. J’avais bien trop peur que l’on ne m’envoie loin d’ici pour me rendre à nouveau « normal ».


Cependant, mes parents et mon entourage n’étaient pas dupes. Plus le temps passait, plus je semblais me refermer sur moi-même. Des personnes rapportaient même m’avoir vu parler tout seul, les mains collées aux oreilles comme pour ne plus entendre… Inquiétés par la situation, mes parents prirent l’initiative de contacter un psychologue qui m’accueillit dans son cabinet. Ma rencontre avec cet homme, le Docteur Liang, fut un élément clé. En effet, cet homme me permit non seulement de comprendre que ma vocation serait de devenir comme lui, un psychologue, mais il m’a aussi révélé que je n’étais pas fou. Les voix que j’entendais ne se trouvaient pas dans ma tête. Elles n’étaient pas produites par mon imagination, mais elles se trouvaient bel et bien tout autours de moi. Quant à moi, je n’étais pas le petit garçon normal que j’avais toujours pensé être. J’étais un Enigma et je tenais cela de ma grand-mère maternelle.

Le docteur Liang m’aida à encaisser toutes ces nouvelles informations et à accepter ma nature. Pendant plusieurs années, je travaillais avec lui pour essayer de comprendre d’où venaient les voix que j’entendais. Était-ce les pensées des gens qui m’entouraient ? Des résidus oraux de leurs souvenirs ?
C’est uniquement à l’âge de 16 ans que j’obtins enfin les réponses dont j’avais besoin : les voix que j’entendais appartenaient à des fantômes, des esprits qui erraient sur terre, car ils n’étaient pas parvenus à rejoindre le monde des limbes ou ce que l’on appelle le Paradis dans certaines religions. Cette révélation fut difficile à encaisser pour le jeune garçon que j’étais. Non seulement, j’en apprenais plus sur l’au-delà, mais, en plus de cela, je comprenais que les personnes qui s’adressaient à moi depuis deux ans étaient toutes mortes. Il me fallut du temps et beaucoup de soutien de la part de mon psychologue et de mes parents pour accepter d’adresser à nouveau la parole à ces entités qui semblaient ravies de pouvoir communiquer avec quelqu’un de vivant.

Une fois habitué à mon nouveau statut d’Enigma ainsi qu’aux pouvoirs que celui-ci me conférât, je pus continuer d’avoir des interrogations et des préoccupations normales pour un garçon de 16 ans : les amis, les divertissements, les amours et les études. Sur ce dernier point, je mis beaucoup de temps à me décider. Après tout, si je voulais devenir psychologue, j’étais obligé de suivre des études supérieures. Cependant, je pensais que mon statut d’Enigma serait certainement un frein à l’entrée de certaines Universités.
Après de nombreuses recherches, mon regard se tourna vers une Académie qui se trouvait dans les Caraïbes : L’Académie Khrysalis. C’était loin de chez moi, mais j’avais envie de tenter le coup et de me donner le plus de chances possibles pour réaliser mon rêve. Ainsi, à l’aube de mon 18ème anniversaire, je commençais à étudier à l’Académie Khrysalis. Cette première année ne fut pas de tout repos pour moi. Ma famille et mes amis me manquaient énormément et il me fallut un temps d’adaptation important pour pouvoir recommencer une vie dans les Caraïbes. Finalement, je me faisais, comme à mon habitude, beaucoup d’amis et j’en oubliais presque la Chine et ceux qui y vivaient.


En troisième année, la mort de mon père lors d’un accident de la route fut une occasion douloureuse de renouer avec ma Chine natale. Immédiatement, je quittais l’Académie pendant un mois afin de rejoindre ma famille et d’aider ma mère à surmonter la perte de celui qu’elle avait tant aimé. Cette période fut extrêmement difficile pour moi. Je ne devais pas seulement supporter la tristesse de ma mère et la disparition de mon père, mais je devais constamment faire le lien entre elle et le monde des morts. Elle ne pouvait se résoudre à laisser partir mon père. De mon côté, je ne supportais plus de servir de « pont » entre les deux mondes. Mon père avait besoin de savoir qu’il pouvait partir en paix et j’avais aussi besoin de cela pour pouvoir vivre son deuil correctement. Cette conception des choses fut sources d’un grand conflit avec ma mère qui m’accusa de n’être qu’un égoïste.
Suite à cela, mon départ pour l’île Khrysalis fut imminent et je n’eus plus de nouvelles de ma mère pendant au moins trois ans. Le temps que je termine ma scolarité à l’Académie et que j’obtienne mon diplôme de psychologie.


À la fin de mes quatre années à l’Académie, je décidais d’aller travailles dans un hôpital psychiatrique de Londres. Ce poste me permit d’en apprendre bien plus sur les personnes atteintes de démences et d’acquérir de l’expérience.
C’est dans cet hôpital que je pris conscience d’une autre dimension de mon pouvoir. Je m’y occupais d’une patiente en particulier qui était atteinte de démence. Autour d’elle gravitait, en permanence, de nombreux fantômes qui me faisaient part de certains événements qui avaient parcouru sa vie. L’un de ces fantômes me confia les circonstances exactes de la mort de ma patiente. Le 13 mars, elle ferait une chute dans les escaliers et se briserait le cou. Une idée s’empara alors de moi : et si je pouvais déjouer la mort ?
Bien trop curieux, le jour fatidique, je m’arrangeais pour protéger la patiente de son propre destin. Cependant, à l’instant même où elle échappa à la mort, une douleur terrible parcouru mon dos. J’avais l’impression que quelqu’un ou quelque chose venait de plonger une lame chauffée à blanc dans ma chair et s’amusait à me déchirer sur toute la longueur de mon dos. La sensation était terrible, si terrible que mon esprit m’abandonna. Je fus plongé dans un coma pendant un mois.

Une fois remis, je pris quelques mois avant de recommencer à travailler. Le retour à l’hôpital fut compliqué, je ne me sentais plus de travailler avec des personnes souffrant de maux si durs… C’est à cette occasion que j’avais contacté l’Académie Khrysalis, demandant si un poste de psychologue scolaire était libre. Puisque je suis ici, vous vous doutez certainement de la réponse de la directrice. Voilà maintenant un an que j’arpente les couloirs de cette académie, essayant tant bien que mal d’aider mon prochain.


Derrière mon écran

Pseudo ➔ C'est moi, Nina :)

Je suis arrivé grâce à ➔ //

Mes premières impressions ➔ //

Identité de l'avatar ➔ Chrollo Lucifer de Hunter x Hunter

Code du règlement ➔ ici en HIDE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 199
Date d'inscription : 28/03/2017
Mar 2 Mai - 8:40
Comme d'habitude, j'aime tes perso et je te valide avec plaisir mon chou ♥

Félicitation, tu es validé ! ♥



Bienvenue en tant que professeur/membre du personnel à Khrysalis Academy ! Nous comptons sur toi pour surveiller les petits chenapans~ Tu peux dès à présent faire tout ça ! :

• Recenser ton avatar www
• Recenser ta race/ton pouvoir www
• Demander une chambre ou une habitation en ville www

• Demander un ou plusieurs rps www
• Créer ta fiche de lien www
• T'inscrire sur les différentes réseaux sociaux www

• Et si tu es un dc, recenser ton compte ! www

Nous te souhaitons de passer de bons moments parmi nous ! ♥



►____________signature____________◄

Lysander normal : #000 // Lysander pendant et après avoir utilisé son pouvoir : #FF0000


Voir le profil de l'utilisateur
Let me read inside your mind - Aaron Whei (finish)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I can read inside you like an open book - Min Jee
» Inside your mind ♣ Astrid
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» The third temptation [Aaron]
» 01. Losing your mind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academie Khrysalis :: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: