:: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arabelle O'Malley ☆ Terminée

avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 30/08/2017
Age : 23
Mer 30 Aoû - 22:31
Arabelle O'Malley

Âge ➔ Vingt-trois ans.
Sexe ➔ Féminin.
Sexualité ➔ Homosexuelle.

Origines ➔ Anglaise & Irlandaise ; Londres.
Étude/Emploi ➔ Cinquième année ; Social.
Statut social ➔ Aisée.

Race ➔ Enigma ; autres.
Pouvoir ➔ White as snow ▬ Annulation.

Blanche colombe, on ne saurait la souiller. Vole, virevolte, danse, plumes d'ivoire, nacrées, pures, si pures. Aujourd'hui et à jamais, l'histoire immaculée de toute une vie. Princesse du plus beau des contes, Arabelle reste blanche comme neige: d'elle à vous, la ligne est toute tracée.

Dans un silence glacé, elle se fait impérieuse: autoritaire. Tacite, c'est la loi du plus fort: son aura est de marbre. Inébranlable.

De vous à elle, mélodie des dons les plus merveilleux, engeances du pays des merveilles. Elle fait la sourde oreille: elle vous aime, vous aime, tous, mais ne saurait se plier à votre danse. Rejoignez plutôt la sienne: sans artifices, aucun.

Un monde d'une bien belle pureté.

Jusqu'à son dernier souffle névrosé.

Arabelle s'avance, marche, fait fit des dons de ses prochains: passive, insidieuse, son aura, camarade imaginaire d'un rêve blanc, fait son office, chevalier en blanche armure. Soldat de fer, mademoiselle annule les capacités qui devraient la toucher, la souiller: si votre don devait avoir un effet direct sur elle, sachez qu'il n'en sera rien, ainsi soit-il. Arabelle possède le plus beau des systèmes immunitaires dans ce monde fantaisiste: celui de la protéger des tours d’illusionnistes de ses petits camarades.

Pile, face: de recto à verso, la Lune, brillante, a sa face cachée.

La vie est ainsi faite, dans sa profonde ironie: pour conserver sa pureté, protéger son organisme, son corps des malversations fantastiques, elle se doit de troquer son système immunitaire naturel pour celui-ci, surnaturel.

Elle annule, brise vos rêves d'un sourire. Elle brûle ses propres ailes, noire colombe, un sourire aux lèvres.

Ne voit le monde qu'à demi-voix.

[Arabelle possède la capacité d'annuler les pouvoirs des autres, et ce plus particulièrement et plus facilement si ceux-ci la visent elle-même et sa propre personne. Son don fonctionne tel un système immunitaire naturel: d'annulations en annulations, il grandit, se perfectionne, fauve, chasseur, reconnaît ses proies, les prend à la gorge.

Et devient plus gourmand.

Son pouvoir, continuellement affamé et continuellement en action, à l’affût, subsiste au détriment de son système immunitaire naturel: pour mieux se protéger des facultés les plus merveilleuses elle doit baisser sa garde face aux maux les plus rationnels. Plus elle annule de pouvoirs, plus son don se fait efficace, plus sa santé se fait fragile, colosse aux pieds d'argile.

Un mal nécessaire mais une vie au destin bien éphémère.

Entre bénédiction et malédiction.]

▬ Son don est un poison, il coule dans ses veines mais les dévore. Il se nourrit de son corps, le renforce autant qu'il l'affaiblit: c'est une bête fauve gourmande, un berserker noir. Il la protège mais la condamne. il la pousse, toujours un peu plus, au bord d'un précipice que son corps, bien humain, ne peut franchir. S'il se montre trop gourmand, s'il veut se faire grenouille voulant être bœuf, Arabelle ne pourra pas suivre: la faute à sa nature même, tigre sombre qu'il est.

▬ À trop vouloir jouer à l'armée de globules blancs, à les imiter, il se limite seul, se fait chevalier face aux moulins à vent. Un trop grand nombre d'ennemis, trop souvent, trop puissants et Arabelle flanche, succombe, baisse les volets et éteint la lumière. Il lui en demande plus, toujours plus, toujours trop: dans son armure noire, il pliera avant vous. Ou vous entraînera, à ses côtés, dans la tombe, tout comme il compte bien le faire pour elle, un jour, pas si lointain. C'est quitte ou double.

▬ Il prend la nature de l'organisme qu'il remplace: si les lames acérées des virus que sont vos pouvoirs ne la visent pas elle, scélérats que vous êtes, alors n'ayez aucune crainte. Les menaces qu'il prend la peine de considérer ne sont que celles qui frappent directement à sa porte.
Caractéristique ➔ Son pouvoir, fauve de son état, lui a coûté, dans un zèle sordide, l'usage de son œil droit: âme en perdition, il en reste un iris décoloré qu'elle masque d'une lentille assortie, marque visible, trophée.

Une coloration duale, fantaisie féerique, pour masquer la faiblesse de ses cheveux. Les valoriser.

Autant de symboles d'un corps qui ne sait plus de quoi il doit la protéger.

Moral et Physique

Arabelle est un ange de pureté, une âme immaculée aux ailes brisées, un esprit pâle au sourire délavé.

Son cœur est faible mais il est grand, immense, infini : elle saura vous y trouver une place, vous y accueillir, à bras ouverts, à main tendue. Arabelle est une grande dame, mais une demoiselle magnanime : elle a tout pour elle, alors elle donne aux autres. Beaucoup, tellement, un peu trop.

La tête dans les nuages de ses rêves blancs, tournez les pages du dictionnaire : à altruisme, vous y verrez son image. Elle vous aime d'un amour désintéressé mais tellement, tellement passionné. Blanche colombe, elle se fait messager de paix : elle aime à vous étouffer de ses plumes blanches.

Ne craignez rien, c'est pour votre bien. Pour votre bonheur. La plénitude, l'utopie à la portée de toutes et tous. Un rêve incolore dans lequel on aime se perdre. Dormir. Mourir.

Elle vous aime, elle vous aime, pour ce que vous êtes. Pas pour qui vous êtes. Elle vous sourit, bras tendu, amour aigre-doux. Elle donne, elle donne, ne veut rien recevoir.

Sinon la confirmation de son innocente grandeur.

Altruiste & désintéressée : elle est une image de bonté, sur la pointe des pieds, elle se plaît à tendre la main à tous, tout le monde, sans considérations aucunes, elle est la blanche colombe dont les plumes abîmées tombent sur une terre souillée qui ne mérite pourtant que la pureté.

☆ Rêveuse & utopiste : elle a la tête dans les nuages, toujours et tout le temps, se plaît à considérer le Monde dans son ensemble, terrain de jeu de ses aspirations au plus beau des contes. Elle tourne les pages comme autant de personnes, de silhouettes anonymes, les noyant dans son parfait récit.

☆ Aimante & maternelle : pure comme elle l'est, ne pas en faire profiter les bonnes gens serait un crime à l'encontre de ses rêves d'amour éternel et universel. Elle aime tendre la main, aider les autres, montrer qu'elle peut le faire, qu'elle leur accorde ce droit, cet honneur. Jusqu'à l'extrême.

☆ Possessive & passionnée : elle n'a pas de limites, pas de barrières dans sa quête de sociabilisation éternelle. Il y a elle, il y a vous, les autres, eux, ces gens là, ceux qu'elle accepte, dont elle reconnaît la présence. Cela s'arrête là mais cela va, du coup, loin, si loin. Plus qu'un être, vous êtes l'objet de ses désirs, silhouette grise nourrissant le narcisse de son âme. Embrassez ses pétales jusqu'à la mort : son amour sera votre poison.

☆ Sociable & extravertie : elle est un rayon de Soleil derrière un masque blême, Reine des Abeilles, elle vous invite à entrer dans la danse, étreinte passionnée.

☆ Impérieuse & distante : ironie, contraste, paradoxe peut-être, mais un fait parmi d'autres. Elle existe à travers vous, elle existe au-dessus de vous, blanche mécène, messie en robe blanche, elle est un être intouchable, un calice de la victoire promise au fond bien sombre : les abysses du mystère. Une insondable distance entre deux mondes qui n'ont pas les même valeurs.

☆ Perfectionniste, la mélodie de sa vie doit suivre son rythme, tout comme la vôtre doit suivre le sien : c'est pour votre plus grand bien, le bien de tous.

☆ Arabelle est une poupée de verre qui aime aimer, aider, protéger, asservir. Prenez la main qu'elle vous tend mais ne la lâchez plus : voilà qui serait fâcheux.

☆ À l'écoute, elle vous entendra, mais vous ne l'entendrez pas : elle est au-dessus, vous n'avez pas à le savoir, vous n'avez rien à savoir. Sa parole est d'or, ses lèvres fragiles.

☆ Elle n'attend rien en retour de sa bonté sans limites, ne demande rien de vous si ce n'est tout de vous, de votre être à votre âme à votre amour à votre passion à votre admiration à votre attachement à votre dépendance. Elle donne, elle donne, mais Dieu sait qu'elle sait prendre. Elle sait où sont ses intérêts.

☆ Entrez dans le palais de verre de ses proches, êtres qu'elle aime par-dessus tout, et vous comprendrez le sens réel de la loyauté, du dévouement. Se lier à Arabelle, c'est entrer dans une danse macabre et enivrante : une passion dévorante. Littéralement.

Parce qu'Arabelle est une impératrice aux piquants carmins: elle se complaît dans la tragédie de sa vie, pièce théâtrale qu'elle se plaît à entretenir, à dessiner, à exacerber. Elle est un messie, elle est le martyr de ces dames et de ces messieurs. Elle le sait, elle le montre: elle vous toise, un peu trop, un peu trop intensément. Elle vous veut, elle vous aide, vous entraîne dans une danse d'une profonde arrogance. Elle est dans son monde, dans ses rêves, un paysage où elle est le narcisse fané au milieu du lac noir de sa vie.

Elle vous veut, elle veut tout de vous, vous demande le meilleur de vous même et bien plus encore: que vous le puissiez ou non. Elle vous observe, vous dévore si elle vous estime, vous empoisonne dès lors qu'elle veut faire de vous un acteur de sa belle utopie, un morceau de ses rêves. Elle s'attache, s'attache trop, sangsue aux crocs chargés de venin, elle en demande beaucoup, en demande beaucoup trop: elle veut vous entraîner vers le haut, tout là haut, mais fera de vous son Icare.

Êtes vous digne ? Si vous ne l'êtes pas, tournez la tête, un pas, deux pas, votre chemin est tout autre, la reine martyre n'a pas que cela à faire. D'insistante à arrogante elle se fait méprisante, de reine d’Égypte elle devient l'aspic: de page de son livre vous devenez brouillon.

Elle donne, elle donne. Mais elle sait reprendre.

Ses larmes couleront, son cœur se brisera, toussera, mais elle ne sera jamais seule: la rancœur gravée dans la chair.

Les portes de l'Arche vous seront fermées.

Arabelle est une demoiselle intelligente et cultivée, ouverte sur un monde et des autres qu'elle aime voir et faire grandir pour mieux les dévorer. Attachée à sa culture, elle est la parfaite Anglaise. Elle aime le sucré et le thé aussi raffiné que ses vêtements d'un siècle passé. Elle aime autant la musique classique que le silence de l'hiver. Elle est une créature à la passion littéraire: elle aime les mots, les lire comme les écrire, les jouer, également, dame théâtrale de nature. Ses Mémoires sont déjà dignes d'exister, tout comme les fleurs dont elle aime s'occuper: des roses aux narcisses, elle se plait à entretenir un jardin de pétales de rêves ou tout simplement à le dévorer des yeux. Héroïne chevaleresque de son état, l'injustice est un mal qui la ronge et contre lequel elle se dressera toujours : l'égalité dans sa définition la plus utopiste et névrosée est ce qui la fait vivre et la détruira, autant elle que vous.

Détachée du monde et des autres, perdue dans ses rêveries, elle semble souvent un peu perdue, ailleurs, ne prêtant que peu d'attention à ce qui l'entoure : elle fixe et dévisage souvent les gens, longuement, trop longuement.
Arabelle est une poupée de porcelaine. De haut en bas, de la tête aux pieds, elle est une marionnette en papier mâché. Une œuvre d'art toute de verre vêtue, pliant face à la moindre brise mais toujours rayonnante, si grande dans son caractère éphémère, fragile papillon. Bat des ailes et puis s'en va : l'Histoire de sa Vie.

Grande dame d'un mètre quatre-vingt, elle exprime ses contrastes du bout des mèches de ses cheveux, parfums fraise et chocolat, brune de son état. Elle fait, de bon cœur, face à son corps vacillant, lui pardonnant avec le sourire les tracas qu'il lui fait subir : entre dépigmentation, décoloration brisée, elle fera contre mauvaise fortune bon cœur: voilà une belle occasion d'expérimenter. Le rose est une si belle couleur.

Pure, douce, innocente, fragile.

Brillante.

Elle est une princesse victorienne, fantôme d'un temps passé et dénaturé, d'un blanc classicisme, d'un somptueux raffinement. Elle se fait monarque, aime se parer de ses plus beaux atours, entre soie et dentelles. Autant de raffinement, de douce brillance, pour mieux masquer son teint pâle, papillon de nuit.

Elle est une glace à la crème, douce et doucereuse, rongée à petit feu par un don trop gourmand. Elle est grande et si faible : faire ou ne pas faire, l'effort est humain mais surtout surhumain. Des articulations qui grincent, un cœur qui tousse, une peinture qui perd ses couleurs, de haut en bas, de la tête aux pieds.

La fatigue est son amie de tous les jours mais elle l'ignore, ne l'écoute pas, têtue qu'elle peut l'être.

Mais la vie, elle ne la savoure qu'à moitié car c'est tout ce qu'elle peut voir. Elle arbore avec une ironie certaine le jumeau malade, autant masqué que mis en valeur par sa couche rosée factice, de son œil brun. Elle tousse, goût de fer en bouche, mais savoure et se complaît dans son rôle de Reine, de Messie éphémère.

Elle est parée et maquillée telle l'actrice, dansant sur la scène du théâtre de sa vie, héroïne tragique de son propre conte.

Les meilleurs partent toujours les premiers.

Histoire

Monsieur O'Malley est un grand homme de bien des manières. Il est un être impressionnant : on se doit de lever les yeux pour croiser les siens. Sa tête comme ses idées flirtent avec les nuages : telle est son aura. Il est un grand homme qui n'en est pas un, être surnaturel comme tous aiment les appeler, mais qu'ils ne s'en fassent pas trop : Monsieur O'Malley sait comment leur rendre la politesse.

Et c'est là son plus grand plaisir.

Monsieur O'Malley est un homme qui vit dans le passé mais aimerait façonner le futur. Il puise ses idéaux dans les origines du Monde et des croyances. De Divinités à Monstres en passant par Sorcières, il n'en garde que le premier : le Divin ne redescend jamais, ô grand jamais de son trône céleste.

Monsieur O'Malley rend bien à ceux qui se considèrent comme humains de souche, humains de sang (mais qui l'est vraiment) leur haine et leur rancœur. Monsieur O'Malley a également tout cela dans son cœur : ces sentiments ne sont pas la propriété privée d'un seul camp, cela leur ferait trop plaisir.

Monsieur O'Malley est un idéaliste, mais il en embrasse les paragraphes les plus sombres de la définition. Il est un suprémaciste, amoureux de la pureté et de la plus parfaite perfection. Certaines croyances ne devraient pas changer : qu'ils aient été adorés fut un temps est une chose, mais une chose qui n'aurait pas dû changer. Entre crainte et effroi, ils ont bien raison, n'est-ce pas ? La différence se fait dès la naissance. Le monde se plaît à tourner et à évoluer, la nature est ainsi faite : la sélection naturelle, n'est-ce pas là un concept qu'ils chérissent tous ?

Monsieur O'Malley aime beaucoup ce concept.

Monsieur O'Malley sait le mettre en pratique, comme il sait utiliser les conceptions humaines (puisqu'ils ont décidé de se mettre à l'écart par la voie des dénominations et de l’étymologie) pour servir ses desseins.

Monsieur O'Malley est ce qu'on pourrait appeler un entrepreneur : il sait sentir les bonnes affaires, il sait lorsque le vent tourne, il sait de quel côté se ranger pour avancer, toujours avancer, visage à demi-masqué. Il est un amoureux des institutions, mais de celles qui ont une poigne de fer : c'est bien pour cela qu'il a eu tout le plaisir du monde à soutenir, pendant un temps, les actions de l'UDA nord-irlandaise, à laquelle il eu grand plaisir à fournir liquidités et informations. Monsieur O'Malley en tira bien des profits : qu'ils se comptent en argent sonnant et trébuchant ou en relations sociales à la valeur certaine. Monsieur O'Malley coupa ses liens avec l'organisation avant que celle-ci ne dépose les armes mais il pu en sortir bien plus grand encore. Le voilà qui était lancé dans le grand jeu d'une vie où il apprendrait à ses camarades humains qu'ils ne sont plus les maîtres.

Monsieur O'Malley décida de continuer ses activités d'homme d'affaires moderne et bien en phase avec son temps dans les rues de Londres. Monsieur O'Malley est un corbeau, un vautour : il s'enivre du conflit, des faces les plus laides de la société humaine pour mieux grandir, encore, un peu plus, toujours plus. Il est tel le parrain dans les vieux films d'auteurs, ombre insidieuse, oiseau de proie, de mauvais augure, celui qui se plaît à nourrir les vices sans jamais y sombrer.

Monsieur O'Malley est une sangsue.

Madame O'Malley, Aynesworth de naissance, est une poupée. Elle est une princesse prisonnière de sa tour d'ivoire, chevelure dorée comme peut l'être sa famille. Elle est une captive un peu rebelle, qui aimerait bien se laisser corrompre : elle veut goûter à ce vin au goût si fort, qui rentre dans la tête et fait pourrir un corps tout entier.

Madame O'Malley, car c'est comme cela qu'elle doit être nommée désormais, est une londonienne typique, la noblesse historique et ancestrale de sa famille en plus. Ils sont fiers, si fiers, et oublient que leur fortune n'a fait que se bâtir sur un passé qui n'est plus : ils ne connaissent plus rien de son origine, obnubilés par leur grandeur d'argile.

Madame O'Malley est une fille de bonne famille, cultivée et de bonne compagnie, à laquelle on a pu promettre monts et merveilles. Tant, bien évidemment, qu'elle tend l'oreille, écoute, et fait ce qu'on peut lui demander.

Mais Madame O'Malley ne l'entend pas de cette oreille: lorsqu'elle voit un précipice, elle veut y sauter. Lorsqu'elle voit l'aiguille maudite, elle veut y apposer son doigt, s'y piquer et se laisser entraîner par les vagues. En connaissance de cause.

Madame O'Malley aime beaucoup cet homme, ce grand homme, au sourire si charmant, si charmeur. Si sombre.

Monsieur O'Malley est un charmeur, mais un charmeur de serpent. Ou bien est-il le serpent ? Le serpent qui charme au lieu de se faire charmer ? Peut-être.

Monsieur O'Malley danse au milieu des hautes sphères de la plus haute des sociétés : il y chasse. Il veut faire grandir ses idéaux comme ses relations comme son organisation officieuse aux allures de cercle de poètes monstrueux qui rêvent d'un nouveau monde.

Mais Monsieur O'Malley veut plus, beaucoup plus, il a besoin de plus, beaucoup plus.

Monsieur O'Malley aime beaucoup cette demoiselle, si fragile, si bien pourvue, si faible mais si puissante. Si utile.

Alors Monsieur O'Malley la vole, gentleman cambrioleur qu'il est. Il la dérobe, la fait descendre de sa tour d'ivoire, l'entraîne dans les méandres d'un monde d'une violence toute relative, si sombre mais si raffinée.

Alors Madame O'Malley se laisse aller, si heureuse de voir ses ailes déchirées, brisées. Elle ne les pleurera pas : c'est un sourire qui tranche ses lèvres souillées. Il est grand, si grand : si tous sont comme lui, alors que pourraient-ils bien dire ? L'ordre naturel des choses se doit d'être respecté.

Arabelle O'Malley est le résultat d'un monde de contrastes, entre la rencontre de la lumière et des ténèbres : un ange aux yeux de démon. Le symbole de la réussite de Monsieur O'Malley. Une princesse qu'il se plaît à chérir et à façonner.

Le visage de son combat.

Arabelle O'Malley est une demoiselle heureuse, la fille unique d'une famille aisée mais à la vie simple : son père n'est qu'un entrepreneur aux passes-temps excentriques, voilà tout. Qu'ils restent au placard : personne ne les regarde. Ils détournent les yeux.

Arabelle O'Malley ne manque de rien, car tout est à sa portée. C'est ce qu'on lui dit, c'est ce qu'on lui promet : après tout, il en est ainsi pour elle aussi.

Arabelle O'Malley est élue, une élue au milieu des élus. La blanche colombe au milieu des corbeaux. L'oiseau de pureté à la couronne de diamant, protégée par ses preux chevaliers.

Arabelle O'Malley est au-dessus d'eux tous : la preuve s'il en est de ses capacités.

Elle est désintéressée, si désintéressée, elles sont désintéressées, si désintéressées : si bien qu'elle accepte de porter sur son corps les marques du Monde tout entier.

Elle est le messie, elle est un martyr. De l'alpha à l’oméga, elle est un éternel recommencement. La souffrance au creux de son œil, un sourire rêveur au bout des lèvres.

Comme il est beau, le monde de Monsieur O'Malley. Elle en est convaincue : ils viennent pour les aider, les enlacer, les délivrés.

Libérés de leurs différences, mis sur un pied d'égalité, gouvernés, tous de la même manière, par qui de droit, ne seront-ils pas tous plus heureux ?

Si bien, sûr.

Arabelle O'Malley est là pour cela : ange du jugement, elle brise ses ailes pour briser les leurs, les mettre à égalité parfaite face à eux, face à elle.

Lorsqu'elle s'en ira, elle ouvrira les portes de ce conte dont elle rêve chaque nuit : un Monde de bonheur et de délivrance, où tous pourront sourire.

Ouvrez les bras, votre sauveur est là.

Baissez la tête, fermez les yeux : vous n'avez plus à vous en faire.

Prenez sa main, entrez dans la danse.

Tournez les pages d'un récit dont elle seule peut lire entre les lignes.

Trois petits tours, et elle s'en ira.

☆ ☆ ☆

▬ Arabelle est née à Londres d'un père irlandais, enigma, et d'une mère anglaise, humaine.

▬ Monsieur O'Malley est un suprémaciste convaincu : il croit en la supériorité des Enigmas et entend bien rétablir un ordre originel qui n'aurait jamais dû changer, divinités qu'ils sont. Homme d'affaires, économiste et banquier, il est un vautour qui sait se placer sous l'aile des plus grands pour dévorer les restes et grandir, toujours un peu plus. Royaliste et tyran convaincu à ses heures, certain qu'une poigne de fer est la seule manière juste de gouverner, il fait rapidement affaire avec les troupes loyalistes de l'UDA nord-irlandaise. Il s'enrichit sûrement et rapidement grâce au conflit armé, collaborateur qu'il est, et quitte le navire avec les rats avant que l'art de la guerre ne tourne au vinaigre et que les menottes n'arrivent à ses poignets.

▬ C'est en se carapatant à Londres pour continuer de faire fructifier ses affaires qu'il y rencontre Mademoiselle Aynesworth, fille de nobles qui vivent des rentes de la fortune ancestrale dont ils ne s’embarrassent plus des origines, oisifs qu'ils sont. Mademoiselle Aynesworth est lassée de cette vie : elle ne demande qu'à en être enlevée. Les travers de la société la fascinent. Elle deviendra Madame O'Malley.

▬ Sous couverture de sa fortune personnelle, de celle de sa femme, trophée s'il en est, et de la banque qu'il a su faire grandir, Monsieur O'Malley se complaît surtout à faire fructifier le jardin de ses relations. Dans l'ombre il devient celui qui souffle sur les braises du vice londonien, celui qui attise le conflit, le fait grandir, le finance, quel que soit le camp. Monsieur O'Malley est un altruiste : il est désintéressé. Il ne pense qu'à ses idéaux. Il rassemble, autour de lui, d'autres êtres torturés, avides d'une puissance dont ils ont été trop longtemps privés par les craintes infondées d'êtres humains qui ont décidé de les marginaliser. Il construit, du bout de ses doigts gantés, sous le couvert du financement d'une association, d'un refuge pour les opprimés, un groupuscule pouvant porter ses idées jusqu'au firmament de la vie, un lobby aux allures de mafia italienne : il se fait parfois parrain, sur son trône de velours. Il est ce banquier au sourire doré.

▬ Arabelle est la fille unique du couple et leur fierté. Plus particulièrement celle de Monsieur O'Malley. Elle est le symbole de tout ce à quoi il aspire. Elle en est le prologue et l'épilogue. Elle est sa petite Reine, l'Impératrice de ses idéaux. Sa blanche colombe aux ailes de sang : son symbole.

▬ Fragile dès la naissance, le don d'Arabelle s'est presque immédiatement manifesté. Prématurée, naissance balbutiante, complications, les ingrédients étaient là : mais dans son malheur, elle était son élue, sa Reine martyre. Une bannière qui flotte au gré des tempêtes et sous laquelle les plus grands pourront se rassembler.

▬ Arabelle passa le plus clair de son enfance dans la propriété de ses parents : le contact avec les autres ne lui rendait pas service, elle dont la croissance a toujours été semée d'embûches. Il fallait la préserver, poupée de verre, alors Monsieur O'Malley la chérissait, plus que tout, et la déposait dans son écrin. Arabelle qui rime avec bijou. Et Monsieur O'Malley ne faisait confiance à personne d'autre, et surtout pas à « eux », pour s'occuper de sa belle : lui et ses connaissances s'occuperaient de l'élever et de l'instruire.

▬ Cela ne l'empêcha pas de grandement souffrir de la plupart des maladies qui, si elles étaient bénignes pour beaucoup, se transformaient en épreuve divine pour elle. C'est à l'âge où les autres enfants riaient en primary school qu'elle perdit l'usage de son œil droit : aussi actif et réactif qu'il puisse encore l'être, c'est un voile sombre qui l'accompagne, iris dépigmenté et mis à mort, masqué avec une certaine fierté. Arabelle n'en fait pas de cas, n'en fit pas de cas : elle était habituée. On lui disait que ce n'était rien, que c'était parce qu'elle était grande et exceptionnelle. Les plus grands de ce monde souffrent toujours, mais c'est bien pour cela qu'ils sont si grands.

▬ Monsieur O'Malley use et abuse du don de sa fille pour affirmer son autorité et opérer la plus sélective des sélections naturelles : c'est dans l'ordre des choses. À  lui, à travers elle, de décider si vous êtes digne de poser un pied sur son Arche.

▬ En grandissant, Arabelle oublie de considérer le Monde de la même manière que les autres. Douce rêveuse, papillon éphémère, poupée de porcelaine chérie comme le plus beau des trésors, elle n'a pas les mêmes considérations que tous les autres : son Destin est tout autre, après tout. Elle est une étoile filante. Marchand de sable, elle veut enivrer le Monde de sa poussière d'étoile. Elle est convaincue que son père œuvre pour le bien : c'est ce qu'il lui a toujours dit, c'est ce qu'il a toujours expliqué, doucement, dans le creux de son oreille. Il œuvre pour le bien commun, pour que tous, eux comme les autres, soient heureux. Un mal est toujours nécessaire et il aura beau être incompris, elle en est certaine : tous égaux dans leur Destin, quel qu'il soit, ils auront le sourire aux lèvres.

▬ Un papillon, aussi fragile et précieux, nécessite le plus beau jardin, les plus merveilleuses des fleurs : Monsieur O'Malley décide de libérer sa princesse de cristal au moment le plus opportun. Il serait injuste de garder ces beaux rayons, étincelants, pour lui. Non, ce n'est pas pour cela qu'il l'a autant chérie, non. Elle est sa muse et elle deviendra la leur. De sa lumière elle fera grandir les plus belles fleurs. L'Académie sera sa serre, son jardin des merveilles, jusqu'à ce que les bourgeons éclatent, explosent.

Délicieuses fleurs du mal.

▬ Arabelle, demoiselle et élève modèle, passe sa scolarité avec la plus grande implication et le plus éclatant sérieux : elle fait œuvre de sa passion pour toutes les choses, caresse ses envies de perfection, apprécie la beauté des autres pour tout ce qu'ils ne sont pas mais pour ce qu'elle veut qu'ils soient. La voilà désormais en cinquième année, entre éclipse et crépuscule.

Investie autant que possible, elle se fait jardinière : elle butine, ici, là, grandit, s'enivre jusqu'à plus soif.

Elle veut les voir s'ouvrir avant que ses ailes ne fanent.

Tic, tac, dit l'horloge.

Le temps passe.

Le cœur s’essouffle.

Trois petits tours et puis s'en va.


Derrière mon écran

Pseudo ➔ Allysteria.

Je suis arrivée grâce à ➔ Partenariats + je voulais m'inscrire quelque part avec mon amie Letha qui arrive.

Mes premières impressions ➔ C'est joli, c'est mignon.~

Identité de l'avatar ➔ Neopolitan ▬ RWBY

Code du règlement



►____________signature____________◄

This be the verse you 'grave for me:
Here she lies where she long'd to be;
Home is the sailor, home from the sea,
And the hunter home from the hill.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2017
Mer 30 Aoû - 23:00
Bienvenue sur le forum !
Ta fiche sera lue demain ^^

►____________signature____________◄

Lysander normal : #000 // Lysander avec utilisation du pouvoir : #FF0000



Badges et teams:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 18
Mer 30 Aoû - 23:44
Bienvenue O/
J'ai hâte de découvrir ta fiche !

Ton avatar est très joli ! *-*

►____________signature____________◄

L'hibernation approche !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 25/08/2017
Mer 30 Aoû - 23:45
Bienvenue à toi jeune fille !

J'aime beaucoup ta fiche c:

►____________signature____________◄



¤~----< Raven te sourit en Sienna >----~¤

L'amour, l'amour, l'amour sans toi... N'a pas de raison.:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 117
Date d'inscription : 30/07/2017
Jeu 31 Aoû - 10:52

Biiiiiiiiiiiiiiienvenue =3

Grand Fan de RWBY je suis ravi de voir une demoiselle de cette univers et qui plus une aussi belle que Neopolitan *-*

J'ai pas lu toute la fiche encore, mais j'adore ton style d'écriture qui est vraiment très agréable et j'espère avoir un jour l'honneur de pouvoir RP à tes côtés *-*

►____________signature____________◄


☀ Angelinø, the Angelight ☀






Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 21/08/2017
Jeu 31 Aoû - 10:57
Bienvenue :)

►____________signature____________◄




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 18
Jeu 31 Aoû - 16:12
Pré-validation



Pouvoir : Capacité d’annuler la portée du pouvoir qu’un Enigma utiliserait directement sur elle (la vise directement).
Désavantages :
• Plus elle utilise son pouvoir, plus son système immunitaire s’affaiblit.
• A perdu l’usage de son œil droit
Corrections :
• « Son pouvoir, continuellement affamé et continuellement en action » est-ce que cela signifie que son pouvoir est actif tout le temps ? Problème : si c’est le cas, elle devrait déjà être morte si, à chaque fois qu’il est actif, elle perd un peu plus de « santé ».
• Destinée à mourir à court terme, du coup ?
• Sur combien de personnes, en même temps, peut-elle utiliser son pouvoir ?
• Cela ne peut pas marcher à tous les coups, surtout sur des Enigmas puissants. Comment cela se passe dans ce cas-là ?
• Combien de fois par jour peut-elle utiliser ce pouvoir (étant donné qu’il est puissant, pas trop souvent)

Ensuite, nous voulons imposer quelques limites:
•  Son pouvoir touche que les Enigmas Autres et Anges.
Pour les Enigmas Elementaire, elle ne peut arrêter que des attaques directes:
Exemple: Un élementaire feu qui lui lance une boule de feu dessus, elle peut l'annulé.
Mais s'il met feu à quelque chose (branche, bâtiment...), elle ne pourra rien faire.
Elle ne peut rien faire contre les hybrides et les vampires.
•  Face à un Enigma plus âgé/ plus fort qu'elle (notemment les profs ou membre du personel), elle doit AUTOMATIQUEMENT s'évanouir si elle tente d'interagir avec son pouvoir car c'est une trop grande puissance magique.

Caractère – Corrections :
• Il semble y avoir quelque chose de très négatif quant au fait d’être proche d’elle et de se laisser aimer par elle. On ne comprend pas très bien ce que ça a de négatif, concrètement. On sent le malsain, mais on ne comprend pas vraiment pourquoi.
Que fait-elle, peut-elle devenir violente ? (verbalement, physiquement)
• Comment se comporte-t-elle lorsqu'on la rejette, quand on ne veut pas de son altruisme et de son amour ? Ou alors quand on lui tourne le dos. Comment le vit-elle ?
• A-t-elle des passions autre qu'aimer ou de vouloir aider les autres ?
• Trop de perfection. Elle a bien des défauts ? (outre son pouvoir qui la tue)

Il faudrait que tu sois un peu plus... Consise, plus claire dans tes paroles, c'est très joliment écris mais... Certaines paroles peuvent être interpretées diféremment selon les personnes, nous ne sommes pas dans ta tête.
Je n'ai rien à dire sur ton physique, ni sur ton histoire ! :)


►____________signature____________◄

L'hibernation approche !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 30/08/2017
Age : 23
Jeu 31 Aoû - 17:03
J'avais écrit un truc tout beau mais comme vous le savez j'ai missclick et donc je rage. Je vous le refais en version rapide, vous me pardonnerez hein, du coup, parce que c'est un peu moins bien dit, forcément.

▬ Son pouvoir est continuellement actif mais n'entre évidemment en action que lorsqu'il y a un don (qui la vise) à annuler dans les parages: d'où l'idée du système immunitaire (qu'il remplace progressivement), c'est comme les globules blancs qui mangent les virus. Pour le contrecoup, il faut visualiser ça comme une immunodéficience graduelle: elle a une espérance de vie d'environ trente ans.

▬ L'efficacité de son pouvoir est de base limitée par sa nature: il est trop gourmand et elle est donc trop faible pour faire des folies. S'il y a trop de pouvoirs à annuler, qu'il s'active trop souvent & rapidement dans un laps de temps très court, qu'il y a trop de résistance en face, eh bien, c'est comme quand on est malade et que notre corps s'en va au combat: on est fatigué et on va au lit. Dans son cas, son corps lâchera bien souvent assez rapidement dans les situations que vous avez évoquées. Elle aura du mal à en abuser, sauf si je veux la faire mourir en un RP.

▬ Pour les limites, c'est ce à quoi je pensais et c'est le plus logique: il n'y aurait aucun sens à ce que son pouvoir, compte tenu de sa nature, ait des effets sur des dons qui ne la visent pas. Donc rien à redire, c'est comme ça qu'il marche.

▬ Pour le caractère, question de sensibilités et de vision des choses. Pour remettre en contexte, elle a un bon début de complexe du Messie: elle joue à l'héroïne dramatique, au sauveur et au martyr. C'est sympa mais profondément arrogant: c'est dans sa nature.

Et c'est une yandere. En fait. Et elle fait toujours tout par intérêt.

Du coup je vais juste rapidement repréciser ça à la fin des catégories concernées, c'est resté dans ma tête et entre les lignes. Vous pouvez considérer que c'est déjà fait.~

Merci pour les remarques.

MàJ:

Spoiler:
 

Spoiler:
 

►____________signature____________◄

This be the verse you 'grave for me:
Here she lies where she long'd to be;
Home is the sailor, home from the sea,
And the hunter home from the hill.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 415
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 18
Ven 1 Sep - 11:52
Pré-validation



C'est plutôt bon pour moi ! Donc tu es pré-validée ! Je laisse les admins faire le reste O/*


►____________signature____________◄

L'hibernation approche !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 245
Date d'inscription : 28/03/2017
Ven 1 Sep - 17:18
Félicitation, tu es validé ! ♥



Bienvenue en tant qu'élève à Khrysalis Academy ! En espérant que tu vas être sage~ Tu peux aller désormais faire ces choses suivantes :

• Recenser ton avatar www
• Recenser ta race/ton pouvoir www
• Demander une chambre www
• Créer ton dossier scolaire www
• Rejoindre un club (non obligatoire) www
• Intégrer un binôme (non obligatoire) www

• Demander un ou plusieurs rps www
• Créer ta fiche de lien www
• T'inscrire sur les différentes réseaux sociaux www

• Et si tu es un dc, recenser ton compte ! www

Nous te souhaitons de passer de bons moments parmi nous ! ♥


►____________signature____________◄

Lysander normal : #000 // Lysander avec utilisation du pouvoir : #FF0000



Badges et teams:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Arabelle O'Malley ☆ Terminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arabelle : Arrivé à Arabelle, séparation Pokémon.. {Terminée.
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academie Khrysalis :: Les premiers pas :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: