Le forum fermera bientôt ses portes. Merci de vous rendre dans la section Règlements & Histoire pour mieux comprendre

 :: Khrysalis Island :: Les habitations :: Quartier moyen :: Appart. Volko Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après l'effort, le réconfort~ [Avec Havana]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Mar 26 Déc - 22:38
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Avoir le bras autour des épaules d’une jolie fille, le rêve de la plupart des hommes peu importe l’âge : ce rêve était à ce moment précis réalisé pour moi, mais pas vraiment dans la situation que j’aurais pu espérer. La journée avait été longue et assez douloureuse sur la fin, le coté droit de mon visage me faisait encore souffrir et les coups que j’avais reçu à l’estomac m’avait laisser un goût de sang dans la bouche. Et la réalisation du ‘‘rêve’’ n’était due qu’à la gentillesse d’Havana qui avait bien voulu m’aider à rejoindre mon chez moi où une nouvelle paire de lunettes m’attendait. Il n’était pas vraiment utile de revenir sur les évènements de la journée hormis peut-être que la sanction que j’étais censé recevoir pour m’être battu dans l’enceinte de l’académie n’était pas encore tombée mais que je ne m’en inquiétais pas tant que ça puisque je savais que la directrice comprendrais mon acte et me tiendrais juste rigueur de ne pas avoir directement fait un rapport de la mauvaise conduite des éléments perturbateurs.

Mais tout ceci était passé et je n’avais plus qu’à me concentrer sur une seule chose : guider la jeune femme rousse jusqu’à mon appartement. J’avais au départ donné l’adresse mais le soucis était qu’elle ne savait pas du tout où se trouvait ma rue et moi non plus d’une certaine manière : je pouvais lui dire qu’il fallait tourner à une boulangerie ou passer à coter d’un endroit assez connu de l’île mais donner le nom des rues aux alentours m’était impossible. C’est pour cela ma manière de guider la demoiselle ressemblait plus à une succession de questions-réponses qui me permettait de savoir où nous nous trouvions et donc de continuer notre avancée jusqu’à chez moi, j’allais lui devoir bien plus qu’un café une fois qu’elle serait arrivée à la maison.

Une fois arrivé devant immeuble, je me penchais vers la porte, la clé à la main en cherchant un peu à l’aveuglette où se trouvait la serrure, finalement la jeune femme guida ma main. En y réfléchissant j’aurais aussi bien pu lui donner ma clé pour qu’elle s’en occupe. La porte ouverte, nous montâmes tout les deux dans l’ascenseur et je lui indiquai d’appuyer sur le bouton du dernier étage, je m’appuyais donc contre la paroi de l’ascenseur pour lâcher un peu la jeune femme et éviter de la gêner. Les instants me parurent longs alors que je ne pouvais rien percevoir dans cette cage de fer montante : Havana était-elle agacée de devoir me ramener ? Me regardait-elle à cet instant ? Tant de questions me traversaient l’esprit alors que je n’osais pas la fixer trop longuement pour permettre à ma vue de s’adapter et de la voir un peu moins flou.

Les portes de fer finirent par s’ouvrir dévoilant la porte de mon appartement directement en face de celles de l’ascenseur, cette fois-ci, je ne perdis pas de temps : je tendis immédiatement la clé à Havana pour ne pas perdre encore du temps devant cette dernière. À peine la porte fut ouverte, qu’une boule de poil familière fit acte de présence en étant assis devant la porte et miaulant comme pour nous souhaiter la bienvenue. Le connaissant, Akane devait avoir penché la tête sur le coté en voyant Havana rentrer avec moi avant de venir la renifler ; pour le mouvement de tête, je n’en étais pas sûr mais pour le reniflage oui puisque que je distinguai sa forme grise s’approcher de la jambe d’Havana avant de repartir vers le salon.

- Suivons le chat...

La présence d’Akane me permit d’être clair pour ce qui était des explications pour nous diriger jusqu’au salon. Une fois dans cette pièce, j’invitais Havana à s’installer dans le canapé le temps que j’aille dans ma chambre pour aller chercher ma paire de rechange. Je longeais le lit en gardant le bras posé dessus pour ne pas perdre l’équilibre. Un fois arriver à la table de nuit, je fouillais quelques instants dans le tiroir de cette dernière pour y trouver la boite de mes autres lunettes et les enfiler. Je voyais à nouveau et ça faisais énormément de bien de ne plus avoir à plisser les yeux pour éviter les murs. Maintenant que j’étais libre de mes gestes, j’en profitais pour faire glisser de mon épaule me sac de cours. Je levais les bras pour m’étirer et rejoindre l’encadrement de porte.

- Tu veux que je te serve quelque chose ? J’ai un thé aux fruits… Tu m’en diras des nouvelles, on dirait presque qu’il est saveur bonbon…

En ayant annoncé cela, je me dirigeais vers le coin cuisine et sortais deux tasses du meuble. Je commençais à faire bouillir de l’eau en invitant Havana à allumer la télé si elle le désirait et à faire comme chez elle. Alors que l’eau bouillait, je m’accroupissais pour sortir le petit coffret dans lequel je rangeais tous mes thés et cherchais celui dont je lui avais parlé. Après quelques instants, je finissais par le trouver et commençais à le faire infuser dans la théière. L’odeur de ce thé commençait à envahir la pièce, faisant lever la tête d’Akane qui était couché sur le dossier du canapé.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Mer 27 Déc - 17:20
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


La bataille fut rude, le combat très long mais au bout la récompense nous attendait. Après une histoire de règlement de comptes, avec quelques effusions de sang en prime, moi et Ludwig avons finalement quittés l'établissement pour rentrer. La nuit ne nous aidant pas sur notre parcours peu éclairé, j'essayais tant bien que mal de me laisser guidée par les directions de mon partenaire, souvent définie par quelques devinettes où repères photographiques. Oui alors, n'allez pas imaginer tout et n'importe quoi ! Les lunettes de vue du brun ayant été cassées sur le champ de guerre, il m'a demandé de l'aider à le raccompagner chez lui ! Et bon vous me connaissez hein, je ne suis pas du genre à laisser une âme en détresse. Encore moins quand cette dernière vous a sauvé la vie. C'est donc au alentour de 20h voir plus que nous nous sommes retrouvés là, à essayer tant bien que mal de retrouver notre chemin jusqu'à l'appartement du jeune homme. Pourquoi ? Mais parce que je ne sais pas où il habite pardi ! Et que c'est un myope, donc de ce fait, sans ses lunettes, c'est la brume totale.  

Souvent il m'arrivait de lui indiquer ce que je voyais, pour l'aider, lui donner des références qui pourrait lui permettre de m'indiquer la route. Finalement, nous voilà devant la porte, où le brun peinait à trouver la serrure juste pour la porte d'entrée. Les joues un peu rougies, je prenais sa main délicatement pour le guider, avant de détourner les yeux gênée. Ouais bon toute façon il le verrait pas, c'est juste que j'ai pas souvent une telle proximité avec quelqu'un hors du cadre sexuel...et encore...j'allais toute façon devoir m'y faire puisque le jeune homme nous avaient déclarés comme amis. Rien que d'y repenser, un petit sourire béat s'affichait sur mes lèvres. Breeeuh ce que je peux être niaise parfois ! Continuant donc d'avancer, puisque nous étions proches de notre arrivée, j'appuyais sur le bouton d’ascenseur du dernier étage, restant toujours très très silencieuse, ne sachant même pas comment faire une conversation normale...On dirait un animal sauvage franchement ! Je me déprime moi même parfois.

Nous y voilà ! Le brun me tendit la clé, comme s'il avait compris la leçon la première fois, où qu'il trouvait ça plus d'un usage pratique, et j'ouvrais donc cette dernière avant d'être accueillie par un chat au pelage gris clair. Ce dernier me renifla comme si je devais avoir son approbation pour poser mes pieds dans sa tanière, et j'attendais donc de l'obtenir. "Suivre le chat" ? Très bien donc faisons ça. Ne voulant pas paraître intrusive, je me contentais de suivre l'animal en aidant mon partenaire geek, sans jeter un coup d'oeil autour de moi pour le moment. Il me proposa de m'installer ce que je fis sans autre forme de permission, en m'asseyant sur le canapé encore toute intimidée. Le colocataire domestique aux petites oreilles, était venu s'installer près de moi sur le dossier, et je ne pouvais m'empêcher de le caresser moi qui adore les félins !

» Bonjour toi ! Moi c'est Havana, tu sais que tu es adorable ?

Je parle aux animaux si je veux d'abord ! Non je ne ne suis pas folle, ce n'est pas parce que les chats ne peuvent pas parler, qu'ils ne nous comprennent pas ! La preuve puisqu'il vient de frotter sa tête contre ma main pour réclamer encore plus de caresses. Mon altercation avec le greffier attendra puisque Ludwig était dans l'encadrement en train de me demander si je souhaitais boire quelque chose. Du thé ? Ho la bonne idée, j'adore ça en plus !

» Un thé fera parfaitement l'affaire, merci beaucoup !

Je stoppais mes caresses doucement, et c'est pendant que le jeune homme était en cuisine, que je me permettais mais modérément de jeter un coup d’œil dans la pièce. Sauf que ouais....modération et moi ça fait deux, et encore plus quand traîne une boîte de jeux vidéos près d'une console, et qui ne peut qu'attirer mon regard ! Ho my...et pas n'importe quel jeu fichtre ! Des étoiles plein les yeux, j'allais vers le meuble télé en regardant presque admirative les quelques perles présentes. Des vieilles consoles bien entretenues ! Des jeux d'une rareté au point où on peut les comparer à des diamants. Une Havana fanatique vous voulez voir ce que ça donne...? Bah ça...

» Ho mon dieu ! Mais c'est la caverne d'Alibaba ici ! Baiten Kaitos, Toute la série des Fire emblem, des Tales of...haaaaan mais ça serait pas Super ghoul'n ghost ce jeu tellement difficile qu'il m'en a fait bouffer ma manette petite ? Quoi attends c'est pas vrai ! TETRIS SUR MEGADRIVE ! Mais sa valeur marchande est actuellement de 15k dollars ! Hoooo Castlevania ! Chrono Trigger ! A ce que je vois, tu est plutôt RPG et Tactical

Houston nous avons un problème ! On l'a perdu allô ! Que quelqu'un arrête le massacre avant que la jeune fille n'attrape une crise cardiaque.


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Mer 27 Déc - 18:54
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Un sourire amusé s’était dessiné sur mes lèvres alors que je remarquais qu’Havana était un peu plus à l’aise, elle avait arrêté de caresser Akane pour se rapprocher du meuble TV où se trouvait une partie de ma collection de jeux vidéos et quelques consoles. À chaque fois qu’elle énonçait un titre, elle semblait encore plus surprise par le suivant, allant jusqu’à parler de la valeur marchande astronomique de l’un de mes jeux. Elle paraissait identique à la fille du club de jeux vidéos, passionnée par ce qu’elle aimait. Elle finit par énoncer une évidence au sujet de mes goûts en matière de jeux vidéos.

- Oui, c’est les genres que je préfère, après je me débrouille pas mal sur des jeux de combat : comme t’as pu le voir cet aprem’ et j’ai mes petits plaisirs casuals comme Mario Kart ou des trucs comme ça… D’ailleurs si tu veux, on pourra faire une partie après. C'est quoi ton genre préféré à toi?

Alors que je venais de lui proposer ça, je remarquais que l’eau du thé était à parfaite température et le thé parfaitement infusé. Je coupais le gaz et servais du thé dans les deux tasses que j’avais préparé juste avant. J’installais le tout sur un plateau accompagné de petit gâteaux et de ce qu’elle pourrait avoir envie de rajouter dans son thé : sucre, lait, miel. Le tout étant prêt, je saisissais le plateau et l’amenais jusqu’à la table basse pour l’y déposer et m’installais à mon tour sur le canapé. Akane ne perdit pas une seconde pour sauter sur mes genoux et s’y mettre en boule en ronronnant de manière assez audible, je ne l’avais pas caressé en rentrant, il devait sûrement attendre que je le salue en bonne et due forme. Après une session intense de caresses, je finissais par prendre ma tasse et boire une première gorgée avant de poser mon regard sur Havana.

- Alors, ça te convient ?

Ses mots venaient de quitter mes lèvres alors que je reposais ma tasse sur le plateau et me relevais pour rejoindre le meuble TV et y prendre les deux manettes pro de la Switch que j’avais et allais en poser une devant Havana avant de me réinstaller sur le canapé. Je fouillais du regard la pièce pour retrouver la télécommande de la TV, la dernière fois que je m’en étais servi, je l’avais reposé sur la table, mais sur la table elle n’était plus. Soupirant, je passais les mains dans les creux du canapé à la recherche de ce bout de plastique noir qui nous était nécessaire si nous souhaitions pouvoir jouer sans avoir à se lever toutes les dix minutes.

La délivrance de cette recherche fut apporté par Akane qui miaulait en fixant la bibliothèque derrière le canapé, le fait que la télécommande y soit pouvait être logique puisqu’il y avait aussi quelques jeux dans cette bibliothèque et il suffisait que la renarde ait voulu jouer à l’un de ses jeux pour qu’elle l’ait embarquée et oubliée là en embarquant l’un des jeux : ça expliquait la boite qui traînait sur le meuble. Alors que je me redressais, je soupirais pour aller chercher l’objet de ma convoitise pour retourner juste après sur le canapé en passant par dessus le dossier, par flemme de le contourner. J’allumais enfin la TV et la régler sur la source de la Switch que j’allumais immédiatement après. Je lançais un sourire en coin à Havana alors que je l’invitais à prendre la manette sans faire attention à l'heure tardive qu'il était déjà.

- Tu veux qu’on se fasse un tour de chauffe ou qu’on sorte le grand jeu tout de suite ?

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Jeu 28 Déc - 6:51
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Fantastique ! Voilà que mon fanatisme avait encore prit le dessus au point où ça avait amusé le jeune homme. Bon après, je ne peux me permettre que ce genre de comportement en présence de véritable compères geeks. Et Ludwig s'était révélé en être un dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Il n'a vraiment pas volé sa place de chef, il la méritait amplement pour beaucoup d'aspects : sa justice, son sens de l'honneur, et surtout parce qu'il est un véritable aficionado du jeu vidéo. Qui garderait un jeu d'une valeur inestimable chez lui sans le revendre ? Un véritable collectionneur bien sûr. Ce monde régit par les lois et l'argent, les philatélistes disparaissaient, se contentant de devenir presque riches rien qu'avec leur trouvailles. Tristesse d'un univers perverti par une corruption indéniable.

Gênée de la situation que je venais de provoquer, je me calmais en reposant les choses à sa place avant de retourner vers le canapé écoutant attentivement la réponse de mon vis à vis qui venait de s'installer à son tour sur le sofa. Sans perdre un instant le chat dont je ne connaissais pas encore le nom venait de s'installer sur ses jambes. Je comprends mieux le pourquoi je suis passé sous détecteur de son petit museau avant de rentrer ! Il semblait aimer et avoir une grande affection pour son maître. Cela me fit esquisser un sourire des plus sincères, alors que je versais un peu de miel dans le thé. Au moins ça me protégerait du froid mordant de dehors pour ma propre gorge fragile. L'hiver n'est pas la saison que je préfère le plus en cette période de l'année comme vous vous en doutez. Disons que je n'ai pas une santé de fer, et que tout les virus c'est moi qui me les choppe quand ils passent par là faire un petit "Hé coucou Havana, c'est tes potos les germes, tu te souviens de nous ?". J'y ai le droit une fois par an, c'était comme un rituel. La portant à mes lèvres, je dégustais ce fameux thé aux fruits, qui avait en effet un goût bonbon ! Quelle délice, et quel bienfait ! Je me sentais conquise, ne pouvant qu'expirer un souffle de bien être. Ayant laissé quelques précieuses minutes qui précédait sa question, je décide finalement de lui répondre.

» Tout comme toi, je suis une mordue des Rpg, mais aussi des Beat'em all, j'aime particulièrement la saga des Devil may cry, même si le dernier a détruit le mythe que je me faisais de mon beau Dante !...J'aime beaucoup aussi les jeux de rythme comme DDR, j'en faisais beaucoup en salle d'arcade ! Je te montrerais un jour peut être qui sait !  

Ne pouvant m'empêcher de rire légèrement à cette idée, je prenais une nouvelle gorgée chaude comme salvatrice, écoutant sa proposition. Jouer à un jeu ? Et qui plus est un mario kart ? Je ne refuse jamais un défi voyons ! J'étais assez entraînée sur les jeux de la série de monsieur Miyamoto ! Les maps n'avaient plus aucun secret, bien que je n'ai pas beaucoup joué à celui sur la switch...D'ailleurs cette console m'est encore très inconnue, sauf pour Zelda Breath of the Wild bien entendu ! Attrapant la manette, j'attendais qu'il lance le jeu et me permit encore une fois de le remercier.

» Ce thé est vraiment très bon, merci encore...

D'ailleurs hors de question de le laisser refroidir ! Une véritable connaisseuse sait qu'il n'a plus ni la même saveur, ni les mêmes arômes. Le finissant, je me mettais comme toujours en position "immersion" comme si ma vie en dépendait.  

» J'aimerais juste ajouter une règle ! Pas d'utilisation de carapace bleue...

Cet item est trop cheaté tout le monde le sait bon sang ! J'attendais donc patiemment qu'il nous choisisse la coupe, même s'il était manifeste qu'en tant que gamer, celle où il y a le château de bowser et la rainbow road est une évidence. Voulant me saisir de l'une des manettes sur le fauteuil, il semblerait qu'à ce moment précis, le destin avait voulu jouer un petit tour de passe-passe, puisque ma main frôla celle du brun, qui avait eu idée de prendre la même que moi. Reculant très gênée, mes joues s'empourprèrent légèrement, alors que j'avais un air éploré. On se croirait dans un de mes shojos, un truc à l'eau de rose un peu niais...Hé bah moi qui pensait que ça n'arrivait que dans les livres...

» Dé..solée...

Esquissant un sourire, encore très embarrassée, je bloquais sur sa phrase pendant un laps de temps, comme si je venais d'avoir une erreur 404...surtout que dit de cette façon c'était...hum...perturbant ? Un sous entendu placé ? Ou bien...NAN il parle du jeu, mais oui enfin, sois pas cruche bon sang ! C'est que cette journée m'aura vraiment retourné le cerveau. Reprenant maintien de mes propres émotions, je ne pouvais m'empêcher de grimacer, interloquée.

» Un tour de chauffe ? Tu plaisantes j'espère ? Les vrais n'ont jamais besoin d'échauffement...alors je t'en prie "montre moi de quoi tu es capable" ♡

Après qu'il ait finalement fait son choix, je choisissais mon personnage qui n'était autre que Yoshi le petit dragon vert si attachant. Puis je personnalisais mon kart, prenant le modèle, le parachute ! Il fallait penser à chaque détails et surtout bien regarder les statistiques. D'habitude j'ai toujours cet air confiant sur le visage, mais pas cette fois....car je sais pertinemment qui est mon adversaire.   


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Jeu 28 Déc - 16:20
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
La règle instaurée avant le début d’une partie semblait être devenu quelque chose de très fréquent pour nous, cet après-midi avec le choix des héros que nous pouvions jouer et là, c’était au sujet de la carapace bleue. Évidemment que cet item du diable n’allait pas être autorisé, malheureusement pour nous, il n’existait aucunes options permettant de supprimer cet objet de la course sans tous les supprimer. Mais étant donné que  j’avais confiance en nos niveaux respectifs et que cet item était la plupart du temps distribué aux derniers de la course, au même rangs que les Bill Balles ou les Plantes Piranha : des items qui permettaient de rattraper un retard volontaire pour un avantage stratégique, ou involontaire en manquant d’attention. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres alors que je hochais la tête pour lui répondre.

Alors que ma main se dirigeait vers l’une des manettes, un frisson me parcourut entièrement alors que ma peau frôla celle de la jeune femme et presque immédiatement je retirai ma main, Havana eut à peu près la même réaction que moi. Les joues rouges, je m’excusais aussi de la gêne que j’avais pu lui faire et lui laissais le choix de la manette qu’elle voulait : après tout, elle était l’invitée et c’était le moindre de mes rôles d’hôte de lui laisser un choix aussi trivial. Une fois l’autre manette en main, j’allumais la console et allais jusqu’aux menus de sélection de mode jeu en attendant sa réponse : pour le tour de chauffe j’avais pensé à une course en équipe sur la coupe œuf avec le circuit dédié à F-zero dont l’ost était juste sublime mais Havana ne semblait pas avoir besoin d’échauffement pour jouer. Elle en venait même à me défier sur mon terrain de prédilection, à savoir mon canapé. Un sourire en coin, je faisais craquer les articulations de mes épaules, acte que je regrettais immédiatement après à cause de la douleur que ça avait provoqué chez moi, l’après coup de la journée n’était pas encore réellement passé. Toujours aussi confiant, mais regrettant un peu d’avoir voulu me la jouer, je me tournais vers elle, toujours un sourire en coin.

- C’est toi qui l’aura voulu… Et ne t’attends pas à ce que je me retienne parce que tu es mignonne… Comme tu l’as demandé, je vais te montrer de quoi je suis capable…


Sans aucune hésitation, je choisissais mon mii en tant que personnage alors que je remarquais qu’elle avait pris Yoshi, un personnage qui était dans la catégorie poids moyen alors que mon mii était chez les poids lourd en raison de sa taille : le sien était plus simple à manier alors que le mien était doté d’une meilleure vitesse de pointe, arrivé au choix du véhicule, je prenais quelque chose qui me permettait de palier à mon manque de maniabilité sans pour autant perdre trop de vitesse. Je ne m’inquiétais pas des risques de dérapages trop porté qui pourraient m’envoyer dans le vide puisque j’avais choisi des pneus adéquates pour cela. Vint enfin le moment du choix de la coupe, j’oubliais celle avec le circuit de Mute City pour sélectionner immédiatement celle sur laquelle s’affronter les joueurs de haut niveau : La Coupe Spéciale qui comprenait la Voie Céleste, le Désert Toussec, le Château de Bowser et enfin, la course parmi les courses, la raison réelle du choix de cette coupe : la Route Arc-en-Ciel sur laquelle tout pouvait se jouer, une erreur d’une milliseconde pouvait vous envoyé dans le décors, ou plus exactement le vide dans ce cas précis.

- J’espère que tu es prête…

Mon sourire s’était effacé alors que mes yeux ne quittaient plus l’écran, j’appuyais sur le bouton pour lancer la partie et voir la traditionnelle présentation du circuit : la Voie Céleste, une sorte de route Arc-en-Ciel mais avec beaucoup moins de difficultés, ce qui allait faire le parfait échauffement avant les vraies course. Gagner celle-ci n’était pas une priorité puisque qu’elle était suffisamment simple : je pouvais me permettre une seconde place pour analyser le jeu de la demoiselle et en trouver les failles. Mais étant donné qu’elle m’avait lancé un défi, je n’allais pas manquer de le relever et de lui montrer quel était mon réel niveau lorsque je ne me retenais pas.

Rien n’a jamais était plus intense que le décompte de cette première course qui allez mettre un point de départ à cette première bataille entre gamers qui n’allait clairement pas être la dernière, mais vous l’apprendrez plus tard. Le 2 venait de passer et mon doigt s’était mis comme par reflex sur la touche d’accélération pour profiter du boost turbo. Le 1 à son tour arriva et le vrombissement de tous les moteurs se fit entendre. Lorsque le feu vert du départ apparu, juste moi et Havana avions profité du boost de départ et nous retrouvions donc en tête de cette première course, j’étais tantôt premier, tantôt second, nos deux véhicule s’entrechoquaient au départ pour savoir qui allait prendre l’aval sur l’autre, le dernier choc me fut favorable grâce au poids de mon véhicule qui força Havana à se décaler un peu plus sur la droite et dangereusement proche du vide, mais comme ce à quoi je m’attendais de sa part, elle ne tarda pas à se recentrer sur la piste, légèrement derrière moi cette fois-ci. Bien que cette course soit la plus simple, on n’allait pas manquer de rebondissements.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Ven 29 Déc - 6:24
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


La tension est palpable ! Si nous avions choisi un jeu de combat, l'ambiance serait pareille, aussi électrique, aussi stimulante. Comme si encore à nouveau nôtre honneur était en jeu. Lui parce qu'il ne voulait pas perdre face à une fille. Et moi ? Parce que je ne veux pas perdre "tout court" simplement. Moi Havana perdre à un jeu vidéo ? Vous plaisantez ! Bon d'accord, j'ai déjà perdu contre Ludwig sur certains jeux au club, mais c'est parce qu'il était plus entraîné, et parce que ma manette était défectueuse....Laissez moi le faire croire, je suis forte à cela !
Mais pour le moment, je devais oublier ce petit incident où nos mains se sont touchées, et ne me concentrer que sur mon objectif, car je suis un peu facilement influençable, je le sais. Et la partie se révélait être corsée, puisqu'il avait pris un Mii, donc avec des stats plus équilibrées, style poids lourd. Drôle d'idée moi qui préfère la légèreté, mais il n'était pas difficile de comprendre ce choix, il serait plus à l'aise dans les dérapages, et surtout difficile à pousser. Il me voyait donc aussi fourbe ? Ah ce qu'il avait bien raison. A croire qu'il me connait par cœur...

» Et ne t’attends pas à ce que je me retienne parce que tu es mignonne…  

Hein d...que...qui...HEIN ? Attendez j'ai raté un épisode là. Bug...bug...Pourrait-on remettre le système Havana.exe en reboot s'il vous plait ? Bien. Est-ce que j'ai bien entendu ? C'est que, comment expliquer de manière simple...les hommes me qualifie de "fatale", "désirable", voir "belle", mais pas mi....mignonne. Comment je dois le prendre ? Je ne sais plus vraiment ce qu'est un compliment d'une technique de drague. Alors resituons le contexte ! Je suis seule avec lui et son chat dans son appartement en train de jouer, il fait nuit, ça ne semble pas différent des méthodes habituelles qu'utilise les prétendants pour me séduire afin d'obtenir plus si affinités. Je serais presque déçue, mais après tout Ludwig reste un homme, je ne vois pas pourquoi la situation serait différente cette fois.
Une petite moue sur le visage, je reportais mon attention sur la course qui allait commencer alors que j'avais observé légèrement le jeune homme et que je sentais la chaleur de mon visage. Baka. Il y a plus important ! Il y a le challenge, la compétition, l'esprit du jeu, donc de toute façon je verrais bien la suite plus tard, autant ne pas me torturer l'esprit. "La Voie Céleste" sera donc notre première course, un bon échauffement bien que simplet pour ce qui nous attendait...  

» Ne pense pas que je vais te faire de cadeau non plus, ce serait très mal me connaître...

Nos véhicules sur la ligne de départ, je me rapproche de mon adversaire histoire de profiter le plus possible du point central visuel de l'écran, car comme dans chaque compétition, il me faut plusieurs choses précises : un bon matériel, un bon visuel rétinien - sans compter que l'écran scindé est déjà assez perturbant - et un son optimal pour l'immersion. Tout entrait dans mes paramètres, donc rien ne pouvait m'éloigner de la victoire. Voilà que le compte à rebours commença, les moteurs vrombissant, et en même temps, nous nous élancions profitant du boost de départ. Difficile de lui passer devant car nous sommes sur un pied d'égalité, comme si nous étions de force égale. Non ce n'était pas "comme", nous sommes de force égale, je ne peux m'empêcher de reconnaître son potentiel. Ce n'est quand même pas une raison de me laisser abattre pour autant. L'arrivée de la première ligne d'objet, la chance décida de me donner une carapace rouge. Lui laissant une petite avance, je lançais mon item dès qu'elle était dans son angle mort, et passa rapidement devant une fois qu'il fut ralentit. Un sourire sur mes lèvres, j'arpentais la suite, en dérapant à la perfection, utilisant les dalles booster, secouant la manette à chaque vol plané pour donner une accélération.

» Attention à ne pas prendre trop de retard, sinon je risque d'être bientôt difficile à atteindre par tes items...

Un sourire espiègle, une parole provocatrice. Plus rien ne m'arrêtait, hormis quelques personnages ordinateurs qui tentaient de me lancer des carapaces, qui laissaient derrière eux des peaux de bananes. C'est vrai que je les avais oubliés ! Même si ça reste une IA, il ne faut pas négliger des actions aléatoires faites par eux, car je sais qu'une fois à les sous-estimer je m'en suis mordue les doigts ! A votre avis pourquoi j'ai établie la règle de la carapace bleue interdite...? Ce n'est pas juste pour faire joli hein, c'est parce que cet item est réservé à la bassesse du noobisme, visant le premier joueur obligatoirement, et personne ne peut l'esquiver...en clair un piège sans échappatoire...Voyant que le brun me rattrape, je continue de me focaliser, utilisant le plus possible mes boosters piochés. Pas suffisant malheureusement parce qu'il arrive à me passer devant en utilisant un éclair réduisant ma vitesse, alors qu'un des ordi utilise un bloops ! La rage commence à monter doucement en moi, le ballon se remplissant légèrement, un air renfrogné.

» Non mais c'est ridicule ! Comment veux-tu que j'évite ça ! JE N'AI PAS DIT MON DERNIER MOT ! La course n'est pas terminée...  

Mauvaise joueuse ? De mauvaise foi ? C'est bien ce qu'on appelle "la rage" et elle est présente chez beaucoup de geeks je vous rassure. Et puis après tout, si je perds la première course, ce n'est pas encore la fin hein, il en reste encore 3 autres pour rattraper les points. Hé mais attends non, c'est quoi cet esprit de looser là ! NON Havana tu ne dois pas perdre, tu ne PEUX pas perdre !    


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Ven 29 Déc - 16:21
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Ma petite pique avant le début de la course semblait avoir eut l’effet attendu puisque Havana avait démarré au quart de tour, mais je m’en voulais un peu d’avoir utiliser le mot mignonne : on devait lui en avoir sorti des vertes et pas mûres par rapport au fait qu’elle soit une femme dans le monde du jeu vidéo. Malheureusement pour elle, la communauté vidéoludique n’était pas du genre des plus acceptante : beaucoup de joueurs pensaient que les femme n’avaient pas leur place parmi eux, rappelons le Teigneux de plus tôt dans la journée, d’autres ne les voyaient que comme de potentiels objets de tout leurs fantasmes, toujours comme le Teigneux, et enfin beaucoup d’autres ne supportant pas de perdre les rabaissaient plus bas que terre en parlant de choses n’ayant aucun rapport avec le jeu en lui-même : le Teigneux était l’exemple même de la majorité néfaste face à laquelle elle avait sûrement fait face dans sa vie de gameuse. Moi pour ma part, le seule raison pour laquelle je voulais la battre, c’était parce que je n’aimais pas perdre, je voulais gagner pour moi.

Et c’est dans cet état d’esprit que la course débuta, nous étions à forces égales et savoir qui de nous deux allaient prendre l’avantage était incertain, mais c’est arrivé à la première distribution d’items que la la chance fut favorable à Havana puisqu’elle obtint une carapace rouge alors que je n’eus qu’un champignon, gaspiller mon atout immédiatement ne serait pas très intelligent sachant que la carapace était déjà lancée sur moi. Alors que mon véhicule se retrouvait immobilisé, mes mains se crispaient sur ma manette, elle m’avait eu comme un débutant mais ça avait été une question de chance. Elle semblait s’amuser de son avance puisqu’elle me rappela qu’il serait préférable que je ne perde pas trop de temps si je voulais pouvoir la rattraper.

- Ne t’en fais pas pour moi… Fais plutôt attention à toi…


Mon sourire en coin était réapparu alors que j’activais le champignon pour rattraper une grande partie de mon retard, bien que je sois encore derrière Havana. Les personnages contrôlés par l’IA n’étaient pas vraiment une source de problèmes, je les évitais assez simplement et malgré quelques bousculades, je finissais par rejoindre Havana à la distribution d’items suivante. Cette fois-ci, la chance était avec moi puisque j’obtenais l’éclair rétrécissant alors qu’Havana était juste à coté de moi. Mon sourire s’était un peu plus étendu alors que j’activais mon item et qu’un des ordinateurs activait un Bloops : un combo parfait pour me faire prendre de l’avance à mon tour et faire rager la rouquine à mes cotés. En l’écoutant, je retenais un rire, c’est vrai qu’elle était connue au club pour être une fournisseuse de sel à grande échelle, d’une voix calme j’essayais de la remettre dans le jeu pour qu’elle ne laisse pas ses émotions prendre le dessus.

- J’avoue, c’était un peu bas… Mais ce ne serait pas un vraie course s’il n’y avait pas de rebondissements comme ça, tu ne crois pas ?

Je ne voulais pas qu’elle se dise que si elle perdait cette course, ce n’était pas grave, je voulais qu’elle se batte pour la victoire, je voulais la voir à son plus haut niveau car je voulais que cette course soit faite d’égal à égal. Si je venais à gagner alors qu’elle n’avait pas tout donner, j’aurais été déçu de sa part : elle que j’imaginais battante et qui avait encore aujourd’hui prouvé que c’était le cas. Quittant la course des yeux un instant, je jetais un coup d’œil sur mon adversaire et l’observait en repensant à ce que je lui avait dit en début de partie. Mignonne : j’avais peut-être regretté de le dire dans cette situation, mais je le pensais vraiment, je comprenais pourquoi la plupart des garçons colportaient des rumeurs sur son dos ; on essaye toujours de désacraliser ce qu’on ne peut pas atteindre. Je n’étais cependant pas d’accord avec ce genre de pratique, elle était une femme libre de faire ce qu’elle voulait, mais je me sentais un peu triste pour elle qui changeait aussi souvent de partenaires : elle ne devait pas savoir ce que l’amour était vraiment…

Mais il n’était pas l’heure de faire dans le sentiment, j’avais une course à gagner et j’allais tout faire pour. C’est dans une rivalité des plus intense que se passèrent les deux premiers tours de la Voie Céleste, alors que cette course était la plus simple de toutes, on était déjà au paroxysme de la tension et ce n’était pas forcément une bonne chose puisqu’elle et moi étions trop fiers pour accepter une défaite sans demander une revanche. Il allait falloir que l’on se mette d’accord pour jouer à un jeu en coopération, histoire de faire baisser le sel qu’on aura accumulé durant toute cette partie. Alors que je prenais un virage, mon genoux tressaillit, chose qui fit qu’Akane se décida à quitter mes genoux pour rejoindre son panier. J’étais un peu plus libre de mes mouvement pour ce qui s’annonçait être la dernière ligne droite avant la ligne d’arrivée, elle et moi  étions au coude à coude, impossible de savoir qui de nous deux allait passer la ligne en premier. Et c’est d’un rien qu’elle prit l’avantage grâce à mon aspiration et fini première pour cette première course. Un sourire tendre s’étendait sur mes lèvres alors que je me tournais vers celle qui avait bien mérité la première victoire.

- Et bien, bien joué… Tu vois que ce genre de course est bien plus drôle.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Ven 29 Déc - 20:22
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Ce qui arrive quand on veut trop faire la maligne ? C'est qu'on se fait pincer à sa propre morsure. Il avait bien raison, j'aurais dû faire attention, car j'avais malheureusement parlé et piqué bien trop vite. Les IA étaient complètement sortis de mon calcul dans l'adversité sur laquelle nous faisions face, et même s'ils étaient très lents, certaines d'entre elles avaient été programmé pour mettre le premier en déroute. Ludwig avait profité de cet avantage sur le bloops pour repasser devant. La rage avait commencé à grimper dans mon corps, mes sourcils froncés. Non la course n'était pas terminée, et je pouvais encore prouver que je n'étais pas du genre à me laisser aller, et à renoncer. Un esprit de perdant n'est pas dans mon lexique, le mot "perdre" même n'a jamais fait parti de mon vocabulaire. Il restait encore un dernier tour, je pouvais encore largement montrer mes capacités, des champignons, des étoiles, j'en ai utilisé à la pelleté pour pouvoir rattraper le véhicule de mon adversaire. Approchant alors la ligne d'arrivée, nous étions au coude à coude, c'était bien trop serré, et je ne n'avais qu'une chose à faire. J'ai dévié pour profiter de son aspiration et suit passée devant au tout dernier moment, me faisant remporter la première course. Soupirant de soulagement, je faisais le "V" de la victoire.    

» Ce fut corsé...Tu es quand même un adversaire de taille. Comme dans tout les jeux, j'aime bien pimenter les choses alors...Disons que si tu gagnes la prochaine, je te ferais l'éloge d'une petite récompense...  

Je suis restée un peu focalisée sur le fait que le brun reste toujours un homme, et que très souvent ce genre de "motivation" pouvait leur faire soulever des montagnes, balayer les océans. Avec un peu de chance peut être que je titillerais sa curiosité et verrait son plein potentiel, même si j'en avais déjà eu un bref aperçu ? Nous verrons bien cela. La deuxième map était  le Désert Toussec ! Et rien que de me rappeler quelques souvenirs de l'époque, je grimace quelque peu...Je déteste cette course, elle nécessite une parfaite maîtrise de dérapage, de ne pas rater le raccourci au vol plané, de longer dangereusement les sorties de route. Si le véhicule atterrit dans le sable, il est ralenti, et donc utiliser un champignon au bon moment s'avère être une stratégie à prendre avec des pincettes, surtout vers la ligne d'arrivée. Je connais quelques tips et astuces, mais j'ai toujours eu beaucoup de difficulté sur ce circuit. Il y a toujours un talon d’Achille même chez les professionnels vous savez !     

Nos véhicules partis avec l'accélération du début comme pour la voie céleste, je longeais avec précision les bords de route, mais je me rendais bien vite compte de mon erreur et de ma faiblesse. Tout à l'heure, je vous ai expliqué que le fait qu'il ait pris un véhicule plus lourd lui permettrait des dérapages précis pas vrai ? C'est totalement vrai sur cette map qui demande une excellence de précision. Mon véhicule trop léger à tendance à partir de trop sur le côté, m'obligeant à prendre des virages moins serrés pour ne pas atterrir dans les dunes, alors que lui profitait du poids de son bolide, pour serrer le plus possible au bord, et prendre l'avantage des raccourcis. J'avais complètement zappé l'existence de cette course dans cette coupe, donc mon choix peu cornélien sera ma première erreur. C'était vraiment dur de ne pas longer le sable, et ma deuxième sera de faire un dérapage trop tôt qui me fera touché d'un centième la dune, me ralentissant. Mince ! L'air de la rage continuait à se gonfler dans le ballon, et la dose de sodium continuait de circuler dans mes veines. Rien n'y fera, je ne pourrais pas rattraper cette bévue ! Pas même un champignon doré, car il a eu de plus, la chance des items.

C'est alors que capturant l'une des boîtes, une carapace bleue fit son apparition. Vous savez ce que ça signifie pas vrai ? Quelqu'un qui serait peu fair play, aurait utilisé l'item sans remords, mais je ne suis pas de cette espèce ! Non mais franchement, vous pensez sincèrement que tenter à me faire violer mes propres règles me donnera de la crédibilité en tant que joueuse ? Bien sur que non. Je ne m'abaisserais jamais à ce niveau, la victoire ne m'intéresse pas si elle est obtenue par tricherie et violation de normes. Seulement en décidant de jouer la carte de l'honnêteté, je me tirais une balle dans le pied, car il est impossible d'effacer un item si on ne l'utilise pas dans mario kart 8. En clair, en décidant de ne pas l'utiliser, je m'empêchais d'obtenir d'autres items me permettant de rattraper mon retard et peut être d'atteindre la victoire. Quand bien même, je n'ai toujours pas l'intention de tricher...Je devais me rendre à l'évidence que cette map n'est vraiment pas faites pour moi.  

» La victoire est tienne, je ne peux plus rien faire malheureusement...  

Le sort en est jeté. C'est Ludwig qui remporta cette course, et je ne pouvais m'empêcher d'être un peu fière quand même...Non pas de lui, fin bon si un peu, mais surtout de moi, puisque j'avais accepté l'handicap, sans avoir recours à la déloyauté. Je me relevais pour m'étirer quelque peu, car oui dans cette position assise, pendant environ 15 minutes, c'est déjà assez douloureux ! Un peu comme cette défaite difficile à avaler. Mais bon ! Une parole est une parole et je tiens toujours mes promesses. Après tout, il l'avait bien méritée "sa récompense" et puis ça ne change pas de d'habitude et de ce que je fais avec les autres garçons non ?...Un sourire amusé s'étira sur mon visage, tandis que je déboutonnais délicatement mon chemisier, n'y laissant qu'une vue plongeante, m'approchant de lui pour venir me mettre à califourchon sur ses cuisses. Le faisant basculer un peu en arrière, un regard espiègle, empli de séduction. Nos regards dérivant l'un dans l'autre, je faisais tomber très légèrement mon haut, pour qu'il vienne découvrir mes épaules. Le meilleur charme chez une femme pour ne pas transparaître dans la vulgarité, c'était de laisser découvrir quelques parcelles de peau. D'ailleurs des vêtements trop aguicheurs, c'est pas du tout joli, et ça donne un mauvais genre. Je ne suis pas vulgaire. Je ne suis pas une escort girl, ni une prostituée de luxe, je ne fais pas ça pour l'argent comme le pense l'autre enflure de teigneux. J'ai juste....besoin de me sentir désirée...et aimée...c'est plus fort que moi.  


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Sam 30 Déc - 18:47
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Ma tentative de calmer la demoiselle semblait avoir réussie puisqu’après avoir accepté mes félicitations sur cette première victoire, elle ajoutait d’elle même que la course avait été corsé et que j’étais un adversaire digne de ma réputation. À cet instant, je m’étais demandé qui de nous deux était entrain de complimenter l’autre, mais je n’allais pas m’en plaindre: c’était toujours agréable qu’une partie se déroule dans la bonne entente. Et on aurait pu continuer comme ça, mais Havana évoqua une petite récompense pour moi si jamais je venais à gagner la course suivante. Je ne vais pas vous mentir, la curiosité est un de mes défauts les plus importants et ne pas savoir ce que j’allais pouvoir gagner allait me faire pousser des ailes pour la course suivante uniquement pour satisfaire cet envie insatiable de savoir ce qu’on me réservait. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres alors que je relevais ce petit défi.

- J’ai hâte de voir ça alors...

Et quoi de mieux pour moi que le circuit du Désert Toussec, un circuit fait pour les dérapages au millimètre près, où la moindre erreur vous fait perdre un temps fou à vous extirper du sable. Sans oublier que l’usage des champignons est dorénavant bien plus stratégique qu’un simple boost de vitesse puisqu’il permettait l’accès à certains raccourcis et facilitait le passage dans le temple qui se remplissait de sable au fur et à mesure, chose qui au final ne laissait qu’un zigzag entre les dunes qui faisait perdre énormément de temps. Mon véhicule était parfait pour ce terrain alors que celui d’Havana allait avoir beaucoup plus de mal pour se diriger entre les dunes et les autres obstacles. Je ne voulais pas m’avancer sur le résultat, mais la victoire me tendait clairement la main pour cette course et donc pour ma récompense.

La course démarra d’ailleurs comme la précédente et nous avions tous les deux profité de l’accélération du démarrage, ce qui nous donna une avance bien particulière par rapport au reste des participants contrôlé par l’ordinateur. Malgré cette égalité au départ, je ne tardais pas à prendre de l’avance grâce à mes dérapages qui m’octroyaient de courts mais appréciables boosts, le tout lié à la chance que j’avais eu d’obtenir le lot de trois champignons dans la première caisse. Sans mauvais jeu de mots, j’avais laissé un nuage de poussière derrière moi. Un sourire confiant s’était dessiné sur mes joues alors que je remarquais que la jeune femme commençait à s’agiter, sûrement à cause de l’avance que j’avais pris et aussi du manque de chance qu’elle avait eu pour le tirage de ses items : une carapace bleue. Je la connaissais suffisamment pour savoir que son honneur de joueuse lui interdirait d’utiliser cet objet puisqu’il irait à l’encontre de la règle qu’elle avait elle-même mis en place. J’étais un peu triste pour elle puisqu’en se privant d’utiliser cet objet, elle se mettait un handicap suffisamment important puisqu’elle ne pouvait rien avoir d’autre que ça. Elle en venait même à annoncer au dernier tour que la victoire était mienne peu importe ce qu’elle aurait pu faire. Une fois la ligne passée pour nous deux, j’étais content d’avoir gagné mais assez triste que ce soit dû à un coup de chance sur la distribution des objets. Je posais la manette sur la table et me collais au fond du canapé pour ensuite commencer à m’étirer.

- Tu sais pour la récompense… Je sais pas si…

Je n’avais pas eu le temps de lui dire qu’elle n’était pas obligée de tenir sa parole par rapport à sa récompense. À peine avais-je ouvert la bouche qu’elle s’était installée à califourchon sur mes genoux, je ne comprenais pas ce qui était entrain de se passer et mes yeux partaient dans tout les sens pour remarquer qu’elle avait déboutonné son chemisier : ce qui m’offrait une vue plongeante sur ses formes. Du rouge commençait à apparaître sur mes joues alors qu’elle me plaquait un peu plus contre le dossier du canapé avant de commençait à faire glisser légèrement son haut, découvrant petit à petit ses épaules. L’observant, plongeant mon regard dans le sien, je me mordais l’intérieur des lèvres pour vérifier que je n’étais pas entrain de rêver. Elle était si désirable, si belle, son parfum m’enivrait et je rêvais de la serrer contre moi. Son visage commençait à s’approchait dangereusement du mien, ses lèvres paraissaient si douces alors qu’elle approchaient des miennes, j’avais envie de les sentir contre les miennes, la proximité était telle que son souffle chaud était comme une caresse pour moi. Mais…

- Non… Je… Je ne peux pas…


Je finissais par poser mes mains sur ses épaules nues et sentais un frisson parcourir tout mon corps, cette douce excitation avait réveillé chez moi certaines choses, mais il fallait que je me calme, je ne voulais pas de ça entre elle et moi, enfin si j’en voulais bien mais pas de cette manière, pas dans cette situation. Je la repoussais légèrement et gardais la tête baissée le temps de me calmer et de reprendre mes esprit. Une fois chose faite, je relevais la tête et plongeais mon regard dans celui de la jeune femme, j’allais devoir lui expliquer mon geste.

- Je… Je suis désolé… Je te trouve très mignonne… Très attirante même… Mais j’ai pas envie de donner plus de matière aux rumeurs des gens comme l’autre… J’ai pas envie que tu souffres de ce qu’on peu dire… Et pour ce qui est de moi… Je… Je ne veux le faire qu’avec l’élue de mon cœur… Je sais que ça peut paraître idiot mais… c’est comme ça… Excuses-moi…

Le silence était pesant et je ne savais plus où regarder, c’est donc par gêne que je jetais un coup d’œil à la fenêtre et remarquais qu’il faisait nuit noire. Il était hors de question que je la laisse rentrer seule, elle était trop mignonne pour ne pas attirer l’attention et en plus les ruelles n’étaient pas sûres ces derniers temps. Je réfléchissais un instant à comment j’allais formuler ma proposition, après l’avoir rejeter sur le plan sexuel, il allait falloir que je trouve bien mes mots pour lui proposer de rester pour la nuit. Je me grattais l’arrière de la tête en réfléchissant pour finalement me lancer.

- Si… si tu veux, tu peux rester cette nuit… Il fait sombre… Et j’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose… Malgré ce que j’ai dit… Je tiens à toi… Tu pourrais prendre la chambre d’amis…

Elle finissait par me dire qu’elle était d’accord pour rester, je la rassurais en lui disant qu’elle n’avait pas à s’inquiéter pour ce qui était du repas, j’allais le préparer après avoir pris ma douche.

- En parlant de ça… Fais comme chez toi… Je vais prendre une douche…


Elle s’était assise à coté de moi alors que je me relevais et me dirigeais vers la salle de bain, je fermais la porte et m’appuyais contre cette dernière quelques instant le temps de calmer les battements de mon cœur qui s’étaient emballé quand j’étais avec elle.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Dim 31 Déc - 15:12
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


Les battements effrénés de mon coeur s'étaient accélérés sans que je ne comprenne pourquoi. C'est vrai que j'avais l'habitude de donner une part de moi à chaque relation sexuelle, mais je ne pouvais m'empêcher d'appréhender un peu comme à chaque fois. J'avais besoin de sentir la chaleur, d'être réconfortée, de me sentir désirée, comme si avoir été trompée, rejetée par l'homme que j'aimais m'avait donné peu d'assurance de moi même. C'est comme être un animal qu'on abandonne parce qu'on n'en veut pas. Et le seul secours à ce moment précis avait été de donner ce que l'homme désire dans ses fantasmes les plus inavoués. Mais moi dans tout ça ? Est-ce que cette situation me plaisait ? Il est vrai que c'est une multitude d'expériences, mais c'était seulement physique, le coeur n'y était pas. Pourtant, j'avais hésité, et actuellement le muscle qui trônait dans ma poitrine était affolé comme jamais. Histoire de taire mes émotions naissantes, nous nous sommes dangereusement rapprochés l'un de l'autre. Ses lèvres étaient si proches, elle étaient comme un fruit défendu que je ne pouvais atteindre, les miennes les frôlant et déclenchant encore plus de rougeurs sur mon visage. L'espace d'un instant, j'en oubliais même que ceci n'était qu'un cadeau, qu'un jeu...

Mais comme dans chaque rêve, chaque conte de fées, les bonnes choses ont toujours une fin, et bien avant que nous puissions clore cette tension palpable, il posa ses mains sur mes épaules pour me repousser. Interdite, oui c'est le mot pour définir présentement mon visage. Une explication ? Oui il m'en donna une, et ses mots étaient comme un miel doux, ils étaient remplis de quelque chose que je n'ai pas eu depuis des années : de l'amour.      
Ou bien était-ce une excuse ? Que croire ? On m'avait tellement manipulée, on m'avait tellement raconté de paroles mensongères. Je sentis mes yeux s'embuer, car dans les deux cas c'était douloureux. Déjà parce que personne ne m'avait dit ses mots, depuis mon ex petit ami, mais aussi parce que si c'était juste une façon de se défiler, c'était la première fois qu'on me repoussait de la sorte. Il voulait se réserver pour l'élu de son cœur, ai-je le droit de trouver cela pathétique moi qui ne croit plus en l'amour...? Sans un mot supplémentaire, je redressais le chemisier, pour me rhabiller me sentant bien ridicule maintenant.

» Je vois, excuse moi, je pensais que tu serais comme les autres garçons, je ne te pensais pas si différent...  

Ce n'était pas pour me déplaire, bien au contraire.
Je suis complètement admirative de son courage, car il en faut énormément pour repousser une femme qui est prête à se donner de la sorte. Alors que je m'asseyais à nouveau à côté en reboutonnant mon haut, il me proposa par la suite, si je le souhaitais, de rester ici pour cette nuit. Jetant un coup d’œil dehors, puis à la montre de mon poignet, je m'exclame légèrement. Il était déjà si tard ? Hé bah oui madame hein, c'est ce qui arrive quand on geek trop et qu'on fait pas attention à l'heure. En même temps, quand on passe des bons moments, on pas forcément envie de faire attention aux aiguilles qui tournent sur le cadran. Acquiesçant d'un simple signe bref de tête, il me quitta par la suite pour "aller prendre une douche" et un simple "hum" fut la seule parole que j'ai prononcé. Seule, dans l'immensité de cette pièce, mes pensées se focalisèrent à nouveau sur les paroles du brun. Repliant mes jambes contre moi même, intimidée, les joues empourprées comme jamais, et le coeur battant à tout rompre, j'essayais de me faire violence pour calmer mes émois dissidents.

» Baka...On ne dit pas des choses comme ça à une femme, et encore moins à une amie...Tu m'énerves...             

Il était impensable pour moi qu'une personne s'inquiète autant de mon bien être et de savoir si je vais bien ou non. Même Marco n'a jamais été aussi doux...c'est très perturbant...
Arrivant à faire disparaître le rouge qui s'était coloré sur mes pommettes, mon regard s’attarda alors sur des cadres photos, posés sur l'étagère. Vous me connaissez hein ? Curieuse comme je suis, je ne peux pas m'empêcher de me lever et d'aller voir, à pas de loup comme si je me faufilais dans une maison telle une voleuse, sauf que là c'était juste pour satisfaire ma curiosité. Sur ces derniers, on pouvait voir deux jeunes filles, dont une rousse, et une autre qui avait un aspect animal. Qui pouvait être ces demoiselles pour lui ? Il semblait proche d'elles. Inquisitrice, je me faisais ma propre introspection. Peut être que cette demoiselle rouquine était la fameuse « élue de son cœur » ? Un amour caché ? Pourquoi est-ce que ça m'agace autant ? Qu'est-ce qu'elle a de plus que moi d'abord ?!
Et diable pourquoi est-ce que je me sens possessive dans des moments comme ça ? Ludwig est juste un ami, il fait ce qu'il veut de sa vie non ? Être jalouse ne mène à rien. Mon portable sonnant, me sortit de ma contemplation. Un numéro inconnu ? Surement un de mes anciens coup d'un soir...mais où est-ce qu'il avait pu avoir mon numéro ?

» Vous êtes bien sur le portable de Havana, mais je suis un peu...hum qui ça ? [...] Ha oui, excuse moi, je n'ai pas pour habitude d'être rappelée par les hommes avec qui j'ai passé la nuit [...] Heu non, ce soir ça ne va pas être possible, je suis désolée, mais je suis déjà avec un autre garçon [...] Huuum, non ce n'est pas négociable désolée...en plus il est tard et les rues ne sont pas vraiment sûres à cette heure ci [...]  

Mais c'est qu'il est collant celui là ! Voilà qu'il insiste pour venir me chercher, mais c'est mooort ho ! Attends j'ai dit que je passe la nuit ici et il insiste ? Les coups d'un soir qui deviennent un peu trop collants, ça va aller deux minutes. Ludwig venait en plus de sortir de la salle de bain, depuis déjà un bout de temps, et l'autre me tient la jambe au téléphone. Je regardais le brun, d'un air un peu désolé, essayant de m'extirper de la conversation, sans compter que nous n'avons pas fini notre coupe sur mario kart. Sauf que l'autre ne voulait en savoir mot, et persévérait pour venir me prendre en voiture vu qu'il avait terminé le travail. Sauf qu'aujourd'hui, je ne suis pas d'humeur...et à choisir entre passer une soirée tranquille avec un ami, et aller me perdre dans les bras d'un presque-inconnu, m'en sentant presque contrainte...Il n'y a même plus questions de choix.   


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Lun 1 Jan - 0:53
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Le froid de la porte m’aidait à me calmer alors que ma respiration commençait enfin à revenir à la normale. De nombreuse idées m’avaient traversé l’esprit et si je n’avais pas agi immédiatement, je ne veux même pas imaginer ce qu’Havana et moi serions entrain de faire. Je soupirais une dernière fois avant de commencer à me déshabiller pour mettre mes vêtements dans le bac à linge. Dans le plus simple des habits, je grimpais dans la baignoire et saisissais la pomme douche pour commencer à me laver, j’aurais très bien pu prendre un bain mais je n’avais pas envie de laisser la jeune femme trop longtemps seule. De la mousse commençait à recouvrir mon corps alors que je me savonnais, une odeur douce flottait dans la pièce, une odeur fruitée digne du thé que j’avais servi à la jeune femme plus tôt. J’avais l’impression de me préparer pour un rendez-vous à en juger par comment je portais une attention particulière à toutes les parties de mon corps.

Une fois la chose faite, je finissais par me rincer à l’eau bien chaude et sortais de la baignoire pour m’essuyer   longuement. Une fois sec, j’enfilais un T-shirt et un caleçon qui était dans le panier à linge propre pour ne pas avoir à sortir de la salle de bain avec uniquement une serviette autour de la taille. Une fois habillé, je rinçais la baignoire et préparais de nouvelles serviettes en les installant sur le radiateur mural pour qu’elles soient bien chaudes quand on les utilisera.

À peine avais-je quitté la salle de bain que j’entendais Havana parler, je remarquais qu’elle était au téléphone avec je ne sais pas qui, mais je remarquais qu’elle n’avait pas forcément envie de rester en communication. Je me demandais qui ça pouvait être à l’autre bout du fil et ça commençait à m’agacer légèrement que cette personne ne comprenne qu’un non était un non et que rien n’allait le changer en oui. Laissant passer mon instinct avant ma raison en voyant Havana si désemparée, je prenais le téléphone de sa main et au moment où je le collais contre mon oreille, j’entendais des tentatives vraiment médiocres pour la faire changer d’avis. Je pouvais de rire avant de prendre la parole d’une voix grave.

- Écoute moi bien, elle a dit non pour ce soir et je me permets de rajouter quelque chose : ce ‘‘non’’, il tient pour aujourd’hui, pour demain et pour toujours. Compris ? Alors, t’avises pas de la rappeler…

Sans attendre sa réponse, j’appuyais sur le bouton pour raccrocher et restais un instant sans bouger en regardant le téléphone. Qu’est-ce que je venais de faire ? Pourquoi j’avais fait ça ? Je n’avais pas le droit de décider pour elle, mais j’avais eu le sentiment que c’est ce que je devais faire. Non, ce n’était pas de la jalousie, c’était juste que je voulais protéger une amie qui semblait en avoir besoin. Enfin, je ne pense pas que ce soit de la jalousie, je ne savais pas vraiment. Les joues rouges, je tendais son téléphone à la jeune femme et balbutiais quelques excuses.

- Je… Désolé, je n’aurais pas du faire ça… C’est juste que… Je voulais que tu sois… Tranquille…


Je voulais juste passer une soirée agréable en sa compagnie et j’avais compris que cet appel l’ennuyait au plus haut point, j’avais donc réagi à l’aide d’arguments qui auraient dû faire comprendre à l’individu qu’elle n’était plus libre. Mais la manière donc je l’avais dit : on aurait pu clairement penser que je disais qu’elle n’était plus libre parce qu’elle et moi étions ensemble. Cette pensée bien que gênante ne m’était pas désagréable, mais je ne savais pas du tout ce qu’elle en pensait. J’avais peur de l’avoir contrariée en agissant de la sorte, j’avais peu qu’elle ne me dise qu’elle pouvait gérer sa vie seule et que mon intervention était irrespectueuse. Mais, cela ne semblait pas être le cas, du moins elle ne montrait rien physiquement et ne m’avait pas crié dessus.

- Euh… Tu veux continuer à jouer ou tu veux prendre une douche pour te détendre ?

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Lun 1 Jan - 16:29
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Au moins cela me permet de me rappeler le pourquoi je ne donne pas mon numéro aux garçons avec qui j'ai eu une aventure d'un soir...Premièrement, parce que je ne souhaitais pas nouer plus de contacts avec eux, mais aussi pour éviter "ce" genre de pot de colle abusif. Etant moi même très jalouse et possessive, je sais pertinemment que ça pouvait devenir très embêtant à la longue. Je pourrais aussi tout simplement lui raccrocher au nez et mettre son numéro en liste noire ? Le problème c'est que je suis une personne un peu trop gentille pour faire ce genre de choses. Tant pis j'allais devoir subir jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il n'y aurait pas de changement à mon "non". Enfin ça c'était avant que le brun vienne s'en mêler. Sentant le téléphone me glisser des mains, je regardais Ludwig qui décida de remettre à sa place l'harceleur. Que ? Mais...mais...mais...pardon ? Dans le genre à te déclencher des rougeurs, il est quand même fort. Pourquoi est-ce qu'il lui a dit ça ? Je veux bien que ce soit une façon de protéger une amie, mais là...Décidément il restera vraiment un mystère pour moi.

Reprenant mon téléphone alors qu'il me le tendait, je restais complètement stupéfaite, le visage surpris par cette intervention des plus particulières. Est-ce qu'il avait sentit que je ne souhaitais pas revoir ce garçon ? Ou alors autre chose ? Raaaah je sais pas, je comprends pas, c'est un coup à se frapper la tête contre un mur tout ça. En plus bonjour le malaise que ça avait créé...Il fallait faire quelque chose. Sentant le téléphone vibrer à nouveau dans mes mains, je le posais sur la table, n'ayant certainement pas l'intention de décrocher de nouveau.     

» Ne....Ne sois pas désolé, il était très collant, au contraire je ne savais pas comment lui faire renoncer...alors tu m'as beaucoup aidée...me...merci.  

Ce n'est pas mon genre de me sentir toute bizarre comme ça. J'avais les joues en feu, le coeur qui battait un peu trop vite à mon goût. On se croirait dans un de mes shojo. Il est vrai que j'ai peur de retomber amoureuse, mais ça ne m'empêche pas d'avoir ce côté un peu, trop fleur bleue à aimer les histoires d'amour passionnées. C'est juste peut être une façon de me montrer que je n'ai pas oublié ce que je ressentais pour Marco. Il faudrait vraiment que je pense un jour à me débarrasser de ce gilet que je garde comme un trésor, comme si j'espérais qu'il revienne vers moi...Hé Havana ce n'est pas le moment de laisser des pensées sombres et tristes t'accabler, allez du nerf, ressaisis-toi. Tu as une partie à finir, et à gagner surtout !  

» Je pense que j'irais prendre une douche après la coupe si ça ne te dérange pas...Il nous reste deux circuits à faire donc ça ne risque pas d'être  long.

Reprenant la manette à nouveau après tout ces moments en émotions, je m'asseyais de nouveau sur le sofa, cajolant d'une caresse le petit animal qui venait se poser à côté de moi. J'adore les chats, je les trouve trop mignons, trop cute, avec leur petites oreilles, leur petites pattounes. Disons qu'à côté, moi qui possède un hérisson ce n'est pas vraiment la même chose. Même si franchement, mon Sonic, je l'adore ! A cette heure là, il doit même se demander où je peux bien être, ou alors il dort après avoir joué. De toute façon je ne m'inquiète pas pour lui, je sais qu'il a ce qu'il faut, que ça soit en eau ou en nourriture, c'est que ce n'est pas un ventre, un peu comme moi qui ne mange pas énormément non plus. Je pense que ce qui va le plus lui manquer c'est sa petite sortie habituelle ! Il faudra que je lui ramène quelque chose pour me faire pardonner...Je n'aurais qu'à passer à l'animalerie demain et lui prendre des friandises.

» Je ne t'ai pas posé la question tout à l'heure, mais comment il s'appelle ce mignon petit matou ?

Certaines personnes utilisaient les animaux, les bébés ou encore la musique comme technique de drague, les filles étant particulièrement intéressées par les chats et tout ce qui à trait à la mignonnerie. Je trouve ça un peu dégradant pour ces pauvres petites bêtes qui n'ont rien demandées à personne et qui veulent juste vivre comme n'importe quel être vivant. En tout cas ça ne me viendrait jamais à l'idée d'utiliser un animal à des fins égoïstes. C'est qu'ils ont un petit coeur, les petits choux ! Et qu'ils comprennent mieux qu'on ne pourrait le penser. Reportant mon attention sur la course qui allait commencer, je reprenais cet esprit de compétition, bien que j'étais encore très perturbée par les événements précédents. Seulement, on parle pas de n'importe quel terrain là, on parle du château de Bowser, truffés d'innombrables pièges, de dérapages longs. J'avais un avantage considérable sur ce terrain avec mon véhicule léger qui allait pouvoir prendre les virages en se laissant porter sur la piste. En plus je connais très bien cette course, il me suffit juste d'avoir un peu de chance sur la pioche des items, et j'étais persuadée que la victoire serait mienne.

Les moteurs de nos deux véhicules vrombissant, profitant de l'accélération, je prenais rapidement la tête de course, rien qu'en faisant un virage contrôlé pour couper une partie de la route, en utilisant le champignon que j'avais pioché. Il allait juste falloir que je fasse attention au poing de bowser à la fin sur la partie un peu vague et tordue. Esquivant les pièges avec brio, plus rien ne m'arrêtait pas même ceux qui avaient été lancés à mon encontre. Evitant les carapaces, les peaux de bananes laissés sur le circuit après le premier tour. Ludwig se défendait très bien, mais face à la légèreté de mon bolide, il ne pouvait faire face, moi qui me laissait complètement portée. Disons qu'une course où on ne peut pas être complètement envoyé dans le décor, n'est qu'un atout majeur. Par contre ça ne sera pas la même sur la route arc-en-ciel...ça je le sais. Atteignant la ligne d'arrivée, finissant première comme convenu, j'esquissais un sourire à mon adversaire.

» Tu n'étais pas trop avantagé sur celui là, mais je sais que tu te rattraperas sur la rainbow road...Rien n'est joué pour le moment, mais je me battrais jusqu'au bout, sois en certain...

Oui ce sera un rude combat, car elle était réservée aux meilleurs, aux professionnels, demandant de maitriser chaque aspect de mario kart 8, car dans celle ci, être envoyé dans le décor, tomber dans le vide, c'est quelque chose qui arrive souvent. Il fallait être un excellent pilote.


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Mer 3 Jan - 18:09
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Elle ne semblait pas le moins du monde en colère, elle semblait même avoir apprécier mon intervention puisqu’elle n’arrivait à trouver un moyen de se débarrasser du pot de colle sans être méchante et désagréable avec lui. J’avais pris la place du méchant dans l’histoire, mais je m’en fichais un peu puisque je ne connaissais l’homme ni d’Eve, ni d’Adam et si j’avais réussi à sortir la jeune femme d’un mauvais pas, j’en étais satisfait. D’une certaine manière, je la plaignais puisqu’elle devait sûrement faire face à ce genre de situation plus souvent que je ne voulais l’imaginer. Je soupirais, un sourire léger et rassuré de n’avoir rien fait de mal qui aurait pu mettre Havana dans une situation délicate avec certaines de ses connaissances.

- Je… J’ai cru comprendre que c’est pas toi qui lui avait donné ton numéro… Si tu ne veux plus qu’il t’appelle tu peux le bloquer… Par ce que je ne sais pas si ce que j’ai dit le dissuadera longtemps…

Elle m’expliquait ensuite qu’elle préférait prendre sa douche après qu’on ait fini notre partie de Mario Kart et d’une certaine manière, ça m’arrangeait puisque pendant qu’elle se laverait : je pourrais commencer à préparer le repas. Je finissais par m’installer sur le canapé à ses coté et reprenais la manette pour continuer notre partie. Mais avant qu’on ne recommence à jouer, elle me posa une question au sujet d’Akane, c’est vrai qu’en y repensant, je ne lui avais pas donné son nom.

- Alors, cette adorable boule de poil grise se prénomme Akane, c’est un chat que j’ai rencontré au bar à chat où je travaille… Je me suis pris d’affection pour lui et du coup, quand j’ai eu mon appart’, je me suis arrangé avec le patron pour pouvoir le garder chez moi… Histoire de lui offrir une vraie famille.


Un sourire doux s’était dessiné sur mes lèvres alors que je disais ça et que je caressais doucement la tête du gros matou, ce dernier n’était pas avare en ronronnements et encore moi en recherches de contacts physiques en se frottant tantôt contre moi, tantôt contre la jeune femme. Il m’amusait énormément puisque lorsqu’il entendait parler de lui, il en faisait des tonnes pour rester le centre de l’attention, il roulait sur le son dos, il miaulait doucement ou il se mettait dans des positions mignonnes. Mais il ne fallait pas se laisser attendrir, nous avions encore deux course à faire et nous devions rester concentrer.

La première des deux allait se dérouler au Château de Bowser, ce terrain n’était pas clairement pas en ma faveur : les virages serré étaient nombreux et donc possiblement bons pour moi, mais le fait que la plupart du circuit ne soit que des zigzags me faisait perdre énormément de vitesse comparé à Havana dont le poids du véhicule était plus léger que le mien. Le départ se fit comme les parties précédentes, nous avions tout les deux eu le boost de départ et avions tout les deux était chanceux pour les items, mais elle avait eu l’avantage et j’allais devoir me contenter de la seconde place pour cette course. Un sourire léger s’était dessiné sur mes lèvres alors qu’elle m’encourageais pour la course suivante. C’est à cet instant que notre course n’était plus considéré comme une compétition à mes yeux, mais plutôt comme une partie qu’on jouer entre amie, on se motivait l’un l’autre pour donner le meilleur de nous même, et elle n’avait pas tort : la course suivante était encore là et je n’avais pas dit mon dernier mot.

La Rainbow Road, un circuit redouté par beaucoup puisque qu’il était éliminatoire pour certains joueurs, des chutes nombreuses, des virages serrés et de lignes droites de folie : ce circuit était mon circuit. Nous démarrâmes tout les deux en chapeaux de roue, le boost habituel sauf que cette fois-ci, je n’avais plus la même pression : certes je voulais gagner, mais pas à tout prix. J’avais cependant eu beaucoup de chance pour le premier tirage puisque j’avais obtenu un champignon qui me permis très vite de prendre un raccourci qui clôtura presque le questionnement sur la question de qui gagnerait sur ce circuit. Mais je connaissais Havana et ses capacités, je décidais donc de ne pas me relâcher et c’est avec une petite avance sur elle que je passais la ligne d’arrivée.

Les résultats furent quelque chose dont je me doutais en connaissant nos niveaux : une égalité parfaite au niveau des scores. C’était une évidence mais j’avoue que je me serais quand même attendu que l’un de nous ait un meilleur temps plutôt qu’un parfait ex aequo. La partie finie, je reposais la manette sur la table et la regardait amusé : Elle allait pouvoir prendre une bonne douche relaxante pendant que je serais occupé aux fourneaux. Mais en songeant à la douche, je me rappelais que je n’avais pas de vêtements autres que les miens à lui proposer pour passer la nuit, j’espérais que ça ne la dérangerait pas de devoir porter un T-shirt trop grand pour elle et un caleçon d’homme. Après, ce n’était que pour une nuit, et j’allais sûrement nettoyer les affaires qu’elle portait à cet instant pour lui permettre de les remettre le lendemain. Je finissais par me redresser et me diriger vers ma chambre pour aller prendre de quoi lui faire un pyjama et revenir pour les lui donner.

- J’espère que ça t’ira… J’ai pas vraiment d’autres choses à te proposer… Désolé si ça t’ennuie de devoir porter mes affaires...

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Ven 5 Jan - 17:03
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


Il avait raison. Je ne comprends pas vraiment comment les hommes peuvent être aussi bornés et persistants, après s'être fait remballer un nombre incalculable de fois . On m'avait pourtant mis en garde que de "fricoter" avec tant d'hommes et femmes allait me coûter cher d'un point de vue moral, déjà parce que j'étais qualifiée comme une « briseuse de coeur » à faire espérer des choses à mes amants et amantes, mais ensuite parce que si l'un d'eux tentait d'outrepasser les règles, j'allais le transformer en harceleur et stalker. Si ça se trouve, plus tard, je vais vraiment en payer les conséquences. Ce n'est pas comme si je ne prenais pas souvent de mauvaises décisions dans ma vie n'est ce pas ?...
Tout le monde n'est pas Havana, jeune demoiselle brisée par les espoirs que créent l'amour et ses sentiments. Ma mère a été un précurseur dans ce domaine d'ailleurs, c'est elle la première qui a donné l'exemple que je ne devais pas suivre. De toute façon, cela ne regardait que moi, je n'ai pas à mêlé Ludwig dans mes problèmes, j'allais devoir gérer ce type un peu collant à ma manière et toute seule, quitte à en venir aux mains, même si je n'aime pas la violence. Chassant mes pensées, mes inquiétudes, je reportais mon attention sur l'animal à nos côtés.

Akane était donc son nom ? Le brun ne s'en arrêta pas à une simple dénomination, non il expliqua aussi où il l'avait rencontré, et je fus surprise d'apprendre qu'il travaillait dans un bar à chats. Non pas que je ne le connaissais pas....enfin si un peu, c'est juste que je ne le pensait pas si indépendant. J'avais entendu dire par ses nombreuses fans que c'était un garçon au milieu aisé, et que sa famille n'était pas ce qu'on pouvait qualifier de pauvre...Un peu comme moi avec mes grands parents qui m'avait aidée à avoir mon appartement, à le meubler, jusqu'à ce que je trouve un travail à mi-temps. Les connaissant, je sais qu'un jour il n'hésiteront pas à me rappeler, que je vis toujours à leur dépend et que je devrais un peu me remuer pour accomplir mes objectifs. Contrairement à ce que le teigneux vampire de tout à l'heure pensait, non je n'ai pas besoin de faire la prostituée pour payer mes frais de scolarité. C'est ma famille du côté paternel qui disait me "devoir bien ça" après qu'il m'ait abandonnée. Franchement parfois, je me demande vraiment ce qui ne va pas dans la tête des adultes. Enfin moi cette situation me correspondait, puisque grâce à cela j'étais ici. Sans compter que je ne devais pas omettre donc, qu'ils avaient plein pouvoir sur moi, et que s'il voulaient me destituer de ma fonction étudiante, ils le pouvaient sans avoir à bouger le petit doigt.       
Le regardant aussi proche du greffier, j'observais la scène presque attendrie, je l'enviais un peu, il semblait apaisé et heureux de sa situation. En même temps il pouvait l'être. pas comme moi qui ne mérite même pas de comprendre ce que signifie le réel bonheur.

» Vous semblez, vous aimer beaucoup tout les deux...  

Un peu comme moi et Sonic, mais encore plus profond.  
Caressant tantôt l'animal qui venait parfois vers moi, je posais mon regard sur le brun, les joues empourprées : prévenant, protecteur, bienveillant et à s'inquiéter des autres plutôt que de soi même. Il ferait pour ses dames, le parfait petit ami, en tout cas c'est ce qu'elles penseraient toutes. Si seulement j'avais appris à le connaître avant de tourner dans ce qu'on appelle "la délinquance", peut être qu'aujourd'hui je ne serais pas aussi misérable. Ne sois pas défaitiste mademoiselle, il y a toujours moyen de rattraper le temps perdu, et déjà l'avoir accepté comme ami est un premier pas. Revenons en à nos moutons à présent, parce que cette partie de Mario kart 8, elle va pas se finir toute seule hein ! Puis bon ça m'évite d'avoir à me justifier d'autant de méandres. Concentrant à nouveau mon esprit de compétition dans la course, nous décidons de concourir sur le château de Bowser sur lequel, je suis parfaitement avantagée. D'ailleurs le résultat fut immédiat puisque je prenais tête, et remporta cette dernière. Et maintenant ? Les choses sérieuses peuvent commencer, car voici le circuit le plus complexe, le plus difficile du jeu, réservé aux experts et aux pilotes d'élite. Encore une fois, mon véhicule léger n'allait pas m'apporter faveur sur cette course, mais je n'allais pas renoncer pour autant. Comme avec les courses précédentes, nous démarions avec notre boost, mais l'ambiance avait changée, ce n'était plus une battle, plus pareil, je ne cherchais pas obtenir la victoire à tout prix. Je ne saurais le décrire, mais à l'encourager, à le conseiller, j'avais plus l'impression qu'une nouvelle complicité s'installait. Je m'étais bien battue, mais ce n'était pas assez, même si nous étions au coude à coude sur la fin, c'est Ludwig qui l'emporta, et ce n'est pas la rage qui m'emplissait à ce moment précis. D'ailleurs pourquoi devrais-je être salée ? Nous avons fini sur une parfaite égalité, et un léger rire s'échappa de mes lèvres en admirant le résultat. Décidément on n'arriverait pas à se départager.            

Posant la manette sur la table, je me relevais pour m'approcher de mon sac de cours que j'avais laissé à l'entrée. Le brun lui partit en direction de sa chambre pour une raison que j'ignorais. Enfin très vite le mystère arrêta de planer, quand il revint vers moi en tendant ses affaires, un peu gêné. En regardant le motif du t-shirt, un sourire s'échappa de mes lèvres, j'avais décidément affaire à un vrai geek. Prenant juste le haut blanc imprimé par la triforce de Zelda.

» C'est gentil, mais j'amène toujours une changée avec moi, donc je vais juste t'emprunter le t-shirt, merci beaucoup. 

Sans un mot de plus, je me rendis dans la salle de bain, laissant mon téléphone qui continuait de vibrer sur la table. Cette dernière était simple, sans artifices particuliers, si ce n'est qu'on remarquait qu'elle était commune et qu'il y avait bien trois personnes qui l'occupait. Ne voulant pas jouer les curieuses, et parce que je ne voulais pas faire attendre mon hôte, après m'être déshabillée, je me glissais à l'intérieur de la douche, profitant des bienfaits et de la douceur de l'eau chaude ruisselant sur ma peau. Comme je n'avais pas pensé à ouvrir la fenêtre de cette dernière, rapidement la vapeur emplit la pièce, si bien que ma vision était embrouillée et que j'attrapais la première chose qui me vint sous la main pour m'essuyer. Sauf que...hé bah cruche comme je suis, la chance ne m'a pas gâtée sur ce coup ci, et voilà que le t-shirt anciennement prêté venait de servir de serviette pour mon visage...Ha ben bravo Havana...Bon en même temps, la couleur aurait pu me mettre un doute, mais quand même tu n'en rates vraiment pas une. Je n'avais donc pas d'autre choix, que de sortir nouvellement enroulée dans l'une d'elle, les gouttes d'eau de mes cheveux mouillés tombant sur ma nuque et mon visage. Bah je n'allais pas me présenter nue devant le jeune homme non plus...même si franchement il pourrait avoir des serviettes un peu plus longues quand même. Gênée, je me rendis dans le salon de nouveau où je voyais le brun affairé en cuisine.

» Ludwig...heu...est-ce que tu aurais un autre t-shirt à me prêter s'il te plait...? J'ai eu un petit incident...avec l'autre...   

Cette soirée n'allait pas être de tout repos, j'en étais plus que certaine.


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Sam 6 Jan - 15:46
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Elle avait déjà de quoi se changer, du moins pour ce qui était des sous-vêtements apparemment puisqu’elle accepta quand même que je lui prête un T-shirt. J’en avais pris un avec un imprimé geek, assez large pour qu’elle ne soit pas trop comprimée au niveau de la poitrine. D’une certaine manière, qu’elle ait avec elle des changes alléger un peu mon stress, elle n’aurait pas de gêne par rapport à cela : un T-shirt étant quelque chose d’assez commun alors qu’un sous-vêtement, c’était quelque chose de plus intime. Elle finissait par disparaître par la porte de la salle de bain qu’elle ferma presque immédiatement après l’avoir passée.

Étant dorénavant uniquement accompagné d’Akane dans la salle principale de mon appartement, je décidais de me mettre aux fourneaux et de commencer à préparer le repas de ce soir : étant donné qu’il y avait une invitée, j’allais préparer une petite entrée, le plat principal et j’avais de la glace en guise de dessert. Pour commencer, je réfléchissais à ce que je pouvais bien préparer comme entrée, il fallait quelque chose de léger et rapide à faire : je n’avais aucune idée du temps qu’elle allait mettre à prendre sa douche. J’optais, après une courte réflexion, pour une petite salade verte accompagnée d’un toast au chèvre chaud. Pour le plat principal, j’allais nous préparer des hamburgers : pour la cuisson j’attendrais qu’elle me le dise. Et enfin pour le dessert, j’allais lui proposer une coupe de glace, en sachant que j’avais plusieurs parfums : elle aurait l’embarras du choix.

La porte du couloir venait de s’ouvrir, j’en supposais qu’elle avait terminé de prendre sa douche, ça tombait bien, je venait de finir de préparer la salade. Mais au moment où je levais la tête pour la regarder alors qu’elle me parlait, je faisais le lien direct avec ce qu’elle me disait. L’incident qu’elle avait eu avec l’autre T-shirt m’était inconnu, mais ce qui ne l’était pas pour moi, c’était son corps encore humide uniquement caché par une serviette qu’elle avait autour d’elle : les serviettes que j’avais chez moi étaient courtes et je m’en rendais bien compte à voir Havana peinait à cacher ses parties intimes. Du rouge était dorénavant bien présent sur mes joues alors que je ne l’avais regardé que quelques instants, j’avais très chaud d’un coup et dus prendre quelques secondes le temps de penser à autre chose qu’elle et trouver une solution à son problème.

- Je… Je vais t’en chercher un autre…

En laissant les deux assiettes que j’avais préparé sur le plan de travail, je me dirigeais d’un pas hâtif vers ma chambre pour y prendre un autre T-shirt suffisamment large pour lui servir de pyjama. C’était un autre T-shirt avec un imprimé geek que je lui amené, en même temps la majorité de mes T-shirt étaient à l’effigie de jeux vidéos et de manga, certaines personnes pensaient que ça faisait gamin, mais je m’en fichais bien puisque après tout, j’avais bien le droit de faire ce que je voulais et les personnes à qui ça ne plaisait pas pouvaient bien allaient voir ailleurs si j’y étais. Je rejoignais la jeune femme pour lui tendre le T-shirt avec un sourire gêné en détournant les yeux le plus possible.

- V… Voila… Je… Je vais finir de préparer le repas…

Je la laissais retourner à la salle de bain pour se changer et retournais à mon plan de travail pour finaliser les entrée. Le petit toast grillé avec un bout de fromage de chèvre chaud était la dernière chose que je faisais. Havana venait de revenir dans la pièce, je l’invitais à s’installer dans le canapé le temps que j’amène les assiettes. Après avoir présenté nos entrées sur la table basse, je retournais à la cuisine pour prendre deux verres ainsi qu’une bouteille de soda qui allait nous servir de boisson pour ce repas. Je retournais enfin m’installais à ses cotés et posais l’assiette sur mes genoux avant de prendre la télécommande et de mettre une chaîne qui diffusait des animes et des extraits de jeux vidéos.

- Bon appétit.

Un sourire doux était dirigé vers la jeune femme à mes cotés avant que je ne commence à manger tranquillement ma salade, je l’avais faite petite histoire d’avoir encore de la place pour la suite. Ma partie préférée de ce plat était évidemment le toast de fromage, pas que je n’aimais pas la salade, mais si on m’avait  donné le choix entre juste de la salade et juste des toast au fromage, le fromage l’aurait emporté haut la main. Ce n’était pas pour vanter mes talent de cuisinier mais ma salade était parfaitement assaisonnée. Je finissais mon assiette et remarquais qu’Havana semblait aussi avoir apprécier mon plat, un sourire rassuré aux lèvres, je lui demandais tout de même si ça lui avait plu avant d’ajouter.

- Pour la suite, j’ai prévu un Hamburger, du coup : tu pourrais me dire quelle cuisson tu aimerais pour ton steak et qu’est-ce que tu voudrais comme garniture et comme sauce ?

J’attendais sa réponse le sourire toujours aux lèvres en songeant à ce que j’allais faire pour moi et mes vieilles habitudes culinaires allaient encore prendre le dessus : double dose de fromage, un peu de poivron, salade-tomate, un peu d’épices et une sauce piquante.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Sam 6 Jan - 21:14
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Du mieux que je le pouvais, je détournais mon visage ne voulant pas qu'il pense que j'avais fait exprès ! C'était un accident hein, ça arrive à tout le monde après tout ce genre de choses, et encore plus quand on s'appelle Havana et qu'on est une maladroite et une cruche. Autant généralement, je n'ai aucune pudeur, je ne me déstabilise pas à cause de ce genre de comportement, autant quand il s'agit de Ludwig c'est un peu compliqué. Disons que je ne voudrais pas qu'il se trompe sur mes intentions. Il m'a bien fait comprendre que lui était partisan de l'amour véritable, alors que moi je me complaisais à détruire petit à petit ce qui me restait de dignité. L'amour, c'est un sentiment que je refuse de connaître à nouveau, par peur d'encore souffrir, par crainte de me retrouver à nouveau seule, encore et toujours. Et pour une fois que j'avais un "ami" je me refusais de le transformer en sex-friend attitré. Pour une fois Havana, sois honnête avec toi même.  

Attendant donc dans la pièce qu'il aille chercher un nouveau vêtement, je regardais Akane qui était venu se frotter à ma jambe comme pour me rassurer, me faire comprendre que ce n'était pas grave, et étrangement cela m'apaisa et me permit de faire tomber la vague de stress qui m'avait habitée l'espace d'un instant. Ludwig revint avec un nouveau t-shirt, cette fois ci ce dernier étant noir avec un logo que je ne connaissais trop bien. Je regardais un instant le jeune homme, j'allais de surprise en surprise avec lui. Alors comme ça il aime overwatch ? Peut être qu'un jour je pourrais lui montrer mon profil ? Ou alors peut être qu'il me connaissait déjà étant donné que j'ai fait partie de l'élite, et que j'ai dû refuser une league pour cause d'examens. Devrais-je lui faire part de mon pseudo ? Peut être que ça lui dirait quelque chose ? Non il va peut être avoir l'impression que je me vante, alors que ce n'est pas vraiment le cas. Le remerciant donc, je m'inclinais légèrement avant de retourner rapidement dans la salle de bain, m'appuyant contre la porte, les mains sur le visage. Ho la honte, la gêne, il doit vraiment me prendre pour une idiote...Me débarrassant du seul tissu qui cachait ma nudité, j'enfilais le t-shirt ainsi que mon shorty. J'avais l'impression que c'était comme chez moi. Généralement ma tenue de nuit était très semblable à cela quand je ne portais pas de nuisettes. Cherchant un sèche cheveux dans la salle de bain, je vis ce dernier dans un tiroir et l'utilisa en espérant que le brun ne m'en voudrait pas...Il devait surement appartenir à sa colocataire, la rousse sur la photo. Raaaah mais pourquoi je repense à ça ? Il avait le droit d'avoir une petite amie hein, fin peut être que c'était plus compliqué que ça.  

» Excuse moi pour tout à l'heure...je suis un peu malhabile, j'ai confondu la serviette avec le t-shirt à cause de la couleur...et comme il y avait plein de vapeur...fin voila...non c'est trop nul !   

Toujours dans la salle de bain, me répétant presque un texte de théâtre pour m'excuser auprès du brun, je décida finalement de faire comme si de rien n'était et de garder le silence. Tout ce cinéma devant le miroir pour en arriver à cette conclusion. Tu es vraiment une incapable ma pauvre Havana. Retournant dans la pièce principale finalement, je regardais discrètement le brun s'affairer en cuisine, presque impressionnée. Oui bon, heu de nature, c'est plutôt les femmes qui cuisinent pas les hommes...Donc voir un habile chef manier à perfection cet art, c'est comment dire très déstabilisant. Vive l'égalité des sexes dans la société. J'espère que de me balader en shorty ne le gênera pas...C'est juste que toute femme qui se respecte, sait choisir sa lingerie avec précision et stratégie. A nouveau, je m'installais sur le canapé, en prenant soin de regarder mon téléphone : 15 appels manqués...mais c'est qu'il est tenace le bougre ! Soupirant et posant ce dernier à nouveau sur la table, je regardais le brun me tendre une assiette avec une délicieuse salade à l'intérieur ! Parfait, léger pour une entrée et ça rentrait dans le cadre de mon équilibre alimentaire !

» Merci beaucoup pour ton hospitalité...

Un sourire sur les lèvres, tandis que je piquais de ma fourchette la laitue avec les tomates cerises qui l'accompagnait coupée en quartiers. Un régal pour le palais, et je pense que je ne suis pas au bout de mes stupeurs.    

» C'est délicieux, tu as fait ta sauce avec quoi pour que ça donne un petit côté sucré ?

Finissant quelques minutes plus tard mon assiette, le jeune homme proposa des hamburgers fait maison pour la suite. Et je trouvais que l'initiative était intéressante, moi qui aime bien en cuisiner également. Non pas que j'étais trop fière pour nous comparer, j'étais juste curieuse de voir comment les hommes s'y prenait pour les faire. Déjà le simple fait qu'il fasse attention à la cuisson était un bon point. J'espère que je ne l'étonnerais pas à ma réponse. C'est juste qu'en bonne française avec des origines anglaises, il y a comment dire un plat que j'aime particulièrement pour la nature très spéciale de ce dernier.

» Pour moi ce sera "bleue" s'il plait...J'ai un petit soucis avec les viandes trop cuites...je trouve qu'elles dénaturalisent toute la saveur que peut donner un bon steak. Garniture....hum voyons, ça dépend de ce que tu as, mais je ne suis pas difficile, j'aime rester dans le classique. Et pour la sauce, si tu as de la honey mustard ce serait le must...si c'est pas le cas, je me contenterais de la traditionnelle barbecue.

Non mais où sont mes manières franchement...

» Est-ce que je peux t'aider en quelque chose ?

Il est vrai que je suis une invitée, mais de là à ne pas mettre la main à la pâte, faut pas exagérer non plus. Avant même qu'il ne me dise non, parce que je me doutais parfaitement que ce serait sa réponse, je me relevais pour enfiler un des petit tablier aux allures de maid...me laissant penser qu'avec l'un de ses colocataires ça devait être chaud bouillant...ou alors que la colocataire en question aime bien ce genre de délire cosplay ? Arquant légèrement un sourcil, presque à demi-agacée pour une raison que j'ignore, je l'aidais à sortir ce qui allait agrémenter les burgers, plutôt contente que pour la deuxième fois de la journée nous faisons signe de coopération plutôt que de compétition.  


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Lun 8 Jan - 17:24
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Ses remerciements n’étaient pas réellement nécessaires puisque de nous deux, j’étais celui qui devait être le plus reconnaissant : certes je l’accueillais pour la nuit et lui offrais un repas ce soir-là, mais il ne fallait pas oublier que sans elle je serais sûrement encore entrain de chercher mon chemin pour rentrer chez moi.  J’étais celui qui était le plus redevable et le fait de cuisiner pour elle me faisait assez plaisir, les seules personnes pour qui j’avais jamais cuisiner étaient soit de ma famille, soit mes colocataires : dans les deux cas, je connaissais leurs goût et savais à peu près quoi leur faire pour dire d’être sûr que ça leur plairait. Avec Havana, c’était une sorte de découverte d’un monde inconnu aux sujet de ses goût, je savais cependant qu’elle aimait le sucré et ça tombait bien puisque moi aussi, j’appréciais cela. Sa remarque au sujet de mon assaisonnement me fit légèrement rire.

- Le coté sucré, c’est juste une petite goutte de miel que je mélange avec la vinaigrette… Comme je sais que t’aime le sucré, j’ai voulu commencer avec quelque chose de plaisant pour ton palais…

Mon sourire se faisait très doux alors qu’elle me tendait son assiette que je ne tardais pas à amener à l’évier pour faire la vaisselle un fois que le repas serait terminé. Pour ce qui concernait le hamburger de la demoiselle : ce serait une cuisson vraiment légère, une garniture classique et une sauce un peu sucrée comme de la honey mustard, heureusement pour elle : il m’en restait encore. Alors que je retournais aux fourneaux, elle me demanda si elle pouvait me donner un coup de main.

- Et bien…

Je n’avais pas eu le temps de réellement formuler ma réponse qu’elle avait déjà enfilé un des tabliers de maid que j’avais acheté pour quand c’était Laïska ou Judy qui cuisinait. Mon regard se posait sur elle et c’est avec du rouge sur les joue que je me rendait compte qu’il lui allait très bien, elle était très mignonne et aurait très bien pu devenir serveuse au Kawaii Neko, elle aurait même pu être l’une des plus appréciées si jamais cette profession l’intéressait. Je finissais par secouer la tête de gauche à droite pour me remettre les idées en place.

Elle était certes très mignonne, mais une fille aussi jolie qu’elle avait sûrement l’embarras du choix en matière de partenaire et bien qu’elle avait semblé intéressée par moi du point de vue physique : c’était sûrement lié à l’euphorie du moment, au fait que c’était par défi ou encore parce que je l’avais sauvé des griffes, enfin des crocs plus précisément, d’un vampire plus tôt dans la journée. Je soupirais et commençais à préparer la viande, laissant à ma camarade le soin de s’occuper de sortir tout ce qui était sauces et garnitures. Elle m’avait demandé une cuisson bleue, je commençais donc par mettre mon steak et le faire grillé : c’était un gain de temps pour que son steak et le mien soient chauds et servis en même temps. Pour accompagner le steak, je coupais quelques que lamelles de poivrons que je faisais revenir avec le jus de la viande et je finissais par mettre celle d’Havana dans la poêle. Ceci étant sur le feux, je me tournais vers la jeune demoiselle et lui tendais l’un des pains pour qu’elle puisse le garnir comme elle le souhaitait : de mon coté, je saisissais le pot de sauce piquante et en appliquais sur les deux bouts de pains avant d’ajouter de la salade, des petits bouts de tomates et quelques bout de poivrons que j’avais fait revenir après en avoir proposer à Havana, il ne manquait plus que le fromage en tranche que je sortais du frigo et posais sur le plan de travail pour que la rousse puisse aussi se servir. Mon pain était prêt et les steaks aussi.

- Chaud devant.

À l’aide d’une spatule, je plaçais le steak d’Havana dans son pain avant de m’occuper du mien, je saisissais alors les deux assiettes et invitais la jeune femme à aller s’asseoir dans le canapé pour que je l’y serve. Une fois la chose faite, je m’installais à coté d’elle et posais mon assiette sur mes genoux. J’étais content de partager un repas avec quelqu’un, cela faisait plusieurs jours que je mangeais seul et avoir de la compagnie me remontait un peu le moral. Tournant mon regard vers elle, je gratifiais Havana d’un doux sourire et lui souhaitais :

- Bon appétit.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Mar 9 Jan - 9:57
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


Du miel pour le petit côté sucré hein ? Un sourire se peignait sur mes lèvres en entendant la réponse de mon vis à vis qui encore une fois avait pensé à mon bien être avant le sien. Je n'étais pas habituée à tant d'attention, ni de forme d'amour. Petite, ma mère n'était jamais là pour moi, et quand elle était présente les soirs pour juste manger, elle n'avait jamais pris soin de me demander ce que je souhaitais, décidant d'elle même comment elle devait diriger sa vie, et surtout la mienne...Alors c'était toujours difficile à accepter les formes de bienveillances. Dans tout les cas, cette salade était un délice. Simple sans garnitures chargée hormis quelques petites tomates qui se battait en duel pour rajouter un peu de fruité à ce plat de saison. Puis la suite, avait comme un air de fête. Des hamburgers faits maison seraient le plat principal de cette soirée.

N'étant pas du genre à flâner et regarder les autres faire, je me proposais de lui donner un coup de main, et sans attendre sa réponse qui pour moi de toute évidence serait négative, j'enfilais un petit tablier qui avait attiré d'une part mon attention, mon agacement mais aussi mon étonnement. Mais je n'ai pas le temps d'être irritée car les steaks venaient de commencer à cuire. Faisant presque comme chez moi, j'ouvrais l'épais frigidaire pour y sortir les sauces, ainsi que l'accompagnement qui serait à mon choix de ce que j'ai entendu récemment. J'avais bien une petit idée en effet pour agrémenter le tout. Il y avait du chou rouge par je ne sais quel miracle, comme si cette veillée devait être parfaite. Sortant les carottes, de la mayonnaise, des condiments, je préparais quelque chose de bien mieux que des frites à l'américaine, même si ça venait du même pays : Un coleslaw fait maison.
Notre affaire de préparation de repas était devenue une sorte d'entraide, de partie de coopération et surtout un agréable moment de complicité. Combien de temps cela faisait-il que ça ne m'était plus arrivée ? Et pourtant j'étais chez un garçon, non pas pour une quelconque forme de service qu'il devait me rendre comme pour les autres, non j'étais chez un ami à passer de délectables minutes, heures même.
Le coleslaw prêt, cette fois ci, je commençais à garnir les hamburgers, m'appliquant le plus possible à la tache avec l'aide du brun à qui je souriais. Du moins jusqu'à ce que les méandres de mes souvenirs se jetèrent sur ma conscience, comme pour attiser une blessure béante.

Mon esprit se ferma, plus aucun son autour de moi si ce n'est de voir comme des flashback qui me donnaient la sensation d'être folle. Je me revoyais entourée de mes amis dans une cuisine à l'américaine où tout le monde mettait la main à la pâte en ce qui concernait l'élaboration du dîner alors qu'à la télé passait les leagues de Overwatch sur un stream. C'est comme si tout était limpide dans ma mémoire, que le temps n'avait pas effacé le mal, j'entendais encore mon prénom murmuré dans mon oreille, des bras qui m'enlaçaient, ceux de l'homme qui m'a fait le plus souffrir, la voix de Marion qui disait à Marco d'arrêter de me coller, et de s'activer à nous aider, je me rappelle des rires, des sourires comme s'ils étaient encore présents. C'était la dernière soirée que nous avions passé tous ensemble avant que la fatalité ne nous rattrape : la mort d'un ami qui nous a séparés, la tromperie de mon amant avec ma seule meilleure amie : Sephora. Je ne m'étais pas rendu compte que cela faisait longtemps que je ne bougeais plus, que je ne répondais pas au jeune homme qui surveillait la cuisson, que de l'eau salée avait coulé sur mes joues alors que mon visage était statufié. Et si tout ceci recommençait ?

Combien de temps cela faisait-il que je n'avais pas pleurée pour lui ?
 
Très gênée que Ludwig ait pu voir un de mes moments de faiblesses, j'essuyais rapidement mes joues et retourna à la préparation des hamburgers. Lorsqu'il posa les steaks sur les pains, j'ajoutais la sauce comme une touche finale, comme la cerise sur le gâteau, y prit soin de servir le coleslaw à côté bien présenté comme des assiettes de restaurant, et laissa le soin au brun de fermer, alors que je m'enfuis de nouveau vers le canapé ne voulant pas affronter la réalité de mes souvenirs mutilés qui m'avait marqué au fer rouge. C'est même à ce moment précis que ma déchéance avait commencée, que j'ai affronté la mort pour la première fois, la douleur et la perte, mais aussi la souffrance et la véritable colère. Havana ! Allez tout ça c'est le passé tu ne dois pas te morfondre, cela ne recommencera pas...Du moins, j'essayais de m'en convaincre.             

» Bon appétit... 

Je ne voulais pas offenser le brun, et encore moins faire déshonneur au plat que nous avions préparés avec soin, je mettais donc mes songes de côté pour manger avec appétence l'hamburger, c'était doux, sucré encore une fois grâce à la honey mustard. Cela avait le goût du réconfort. Le coleslaw était aussi très bon, en même temps je n'étais pas une piètre cuisinière, surtout quand je cuisinais pour les autres plutôt que pour moi même. On appelle ça faire la cuisine avec amour. Bon il faut arriver à changer de sujet, surtout après que le jeune homme m'ait regardé comme impuissant face à mes larmes. Étais-je de toute façon prête à me confier ? Je ne pense pas.

» Alors dis-moi heu...ça t'arrive souvent d'inviter les filles à dormir chez toi ?...Ta colocataire ne sera pas dérangée par ma présence ?   

J'admets que c'est un détail à ne pas omettre, surtout s'il possédait des sentiments amoureux pour elle. Je ne voulais pas me faire bourreau des cœurs et encore moins briser quelque chose, vu mon état.


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Mer 10 Jan - 17:57
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Alors que nous avions préparé le repas, j’avais remarqué des larmes couler sur ses joues mais mon naturel discret et le fait qu’elle tentait de le masquer me fit comprendre qu’il fallait mieux faire comme si de rien n’était et que si elle avait vraiment le besoin de m’en parler, elle le ferait d’elle même. Un sourire doux, j’avais vu qu’elle avait aussi mis la main à la pâte en nous préparant du coleslaw en guise d’accompagnement : c’était une bonne initiative. Posant ma main sur son épaule, je la gratifiais d’un sourire pour la remercier de cet effort. Et c’est après tout cela que nous nous retrouvions de nouveau, assis dans le canapé, prêts à manger ce repas que nous avions préparé ensemble.

Le goût épicé de ma viande et de la sauce piquante commençait petit à petit à faire monter du rouge sur mes joues, ça allait presque masqué le rouge que j’avais eu précédemment en voyant Havana avec juste une serviette ou encore avec le tablier de maid : ces images hantaient encore mon esprits alors que cela faisait plusieurs minutes que cela s’était passé. Un soupire léger s’échappait de mes lèvres alors que j’avalais ma première bouchée, j’avais beau aimé quand ça piquait, j’avais toujours cette petite chaleur qui montait le long de ma gorge. D’une certaine manière, cela me faisait me sentir vivant et réveiller mes papilles ; il était donc temps de goûter le plat d’Havana et quand bien même je n’étais pas franchement difficile : j’étais sous le charme de sa cuisine. Je me régalais et j’avais presque envie de lui demandais de venir plus souvent, j’espérais aussi que ce que je lui avais préparé lui plaisait, ce n’était certes pas très grand-chose d’avoir cuit la viande comme elle le voulait mais… Je voulais tout de même savoir si ça lui plaisait.

Alors que j’arrivais là la moitié de mon burger, la jolie rousse me posa une question qui me fit presque avaler de travers. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle me poser cette question, était-ce déplacé de ma part de proposer à quelqu’un que j’appréciais de passer la nuit chez moi plutôt que de la renvoyer dans la nuit noire. Le lien qu’elle faisait avec ma colocataire me surprenait aussi, elle avait dû se rendre compte qu’une femme vivait ici et en y repensant, c’est vrai que je ne lui en avais pas parler. Je finissais par m’éclaircir la voix.

- Euh… Non… Ce n’est pas vraiment souvent que je propose ça… C’est pas souvent que j’invite des gens à la maison aussi… Et pour ce qui est de ma colocataire…. L’appartement est principalement à moi : Judy est partie et Laïska est pas encore officiellement colocataire vu que c’est plus un endroit où elle vient squatter les week-ends comme elle a pas encore le droit de vivre en dehors des internats de l’académie… Tu n’as pas à t’en faire, tu es mon invitée ici et… Tu es surtout mon amie, tu n’as pas à te sentir gênée de quoi que ce soit…

J’avais déjà remarqué plus tôt qu’elle n’était pas bien et je savais qu’il valait mieux pour moi de ne pas trop me mêler à sa vie tant qu’elle n’en parlait pas d’elle même mais il fallait aussi que je lui fasse comprendre que si elle en avait besoin, j’étais prêt à l’écouter. Et c’est dans la plus grande des douceur que je posais ma main sur son épaule et la caressais amicalement en la gratifiant d’un sourire. Je ne pouvais faire grand-chose d’autre.

- Si y a quelque chose qui va pas… Ou dont tu veux parler… Je suis là, tu sais ?

Le son de la télévision reprenant le dessus dans la pièce, je supposais qu’elle n’avait pas forcément envie de parler maintenant. Je décidais donc de finir mon repas et remarquais qu’elle en faisait de même. Le fait qu’elle n’ait rien laissé dans son assiette pouvait dire deux chose : soit elle avait aimé, soit elle avait très faim ; je préférais croire la première solution. Je me relevais et prenais son assiette pour aller la mettre dans l’évier en même temps que la mienne et je commençais à faire couler l’eau et ajouter un peu de liquide vaisselle : plus vite c’était fait, moins j’en aurais à faire et il fallait nous laisser un peu de temps avant le dessert. Je décidais tout de même de m’informais de la suite pour elle.

- Tu as un parfum que tu aimes particulièrement en matière de glace ou de sorbet ?

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Jeu 11 Jan - 12:26
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Il semblait plutôt surpris de ma question, ou plutôt complètement abasourdi. Bah quoi ? C'est normal de s'enticher de ce genre de détails ! Je veux dire peut être que finalement j'avais vu juste et qu'il avait vraiment des sentiments pour sa colocataire ? Et donc dans ce cas, je tombe plutôt mal si elle est du genre jalouse et possessive comme moi. Je n'aime pas me faire l'avocat du diable, et encore moins être un fardeau. Mais non, il me rassura sur le fait qu'elle était partie. Hein attends ? j'ai raté un épisode là ? Alors que ça faisait comme une barre de chargement dans ma tête, soudainement tout devint plus clair dans mon esprit : rousse, air de geek, lunettes, c'était les détails de la photo ! Ludwig est le colocataire de Judy ??? Voilà qui explique pas mal de choses, bien que je ne comprends toujours pas la soudaine disparition de cette dernière. Encore moins après des révélations, alors que nous étions dans la salle du club, seules toutes les deux. C'est incompréhensible et impensable...Pourquoi serait-elle partie alors qu'elle m'avait fait comprendre qu'elle voulait rester plus que tout. Une fille qui s'évapore dans la nature après avoir révélé une partie de ses sentiments ?...

Judy me l'avait dit.
Mais ou a t-elle bien pu passer ? Partie...non je n'y crois pas...
Ce n'était peut être rien qu'une camarade de club, mais ce soir là...je me souviens que le hasard avait bien fait les choses.

« Tu as déjà été amoureuse d'un garçon toi, Havana ? »
....
« Moi je crois qu'il y en a un qui me plait particulièrement »
....
« Tu le connais bien en plus...c'est Ludwig...il est gentil...mais c'est compliqué...»



Je me souviens avoir été touchée par des sentiments sincères et doux alors que je ne croyais plus en l'amour, et j'avais éprouvée de la peine pour elle, qui semblait vivre une histoire à sens unique. S'ils ont été colocataire, c'est que peut être, il s'est passé quelque chose ? Un rictus triste se posa sur mon visage a cette idée. Mince pourquoi ça me touche autant ?...Non mais c'est pas le moment de faire ta sensible enfin ! Dévorant mon repas comme pour chasser les mauvais ondes qui essayaient de me tirer au plus bas, je soupirais, après avoir terminé mon assiette. Non seulement c'était délicieux, mais en plus j'avais l'impression de ne pas avoir mangé depuis des jours... Ha mais c'était le cas en faites...En bonne geek que je suis, j'ai tendance à me négliger de ce côté...Il parla ensuite d'une certaine Laiska...Je ne voyais pas qui ça pouvait être mais elle semblait également proche du brun. Un harem ? Ce ne serait pas étonnant vu le fan-club du jeune homme. Il m'arracha un nouveau rouge sur les joues alors qu'il posait sa main sur mon épaule et qu'il me faisait comprendre que je pouvais me confier à lui. Intimidée, et surtout pas apte à pouvoir encore me dévoiler, je préférais me confondre en excuses.  

» Je...C'était déplacé de ma part de poser la question, je suis confuse..Je veux dire...Je n'ai pas à me mêler de ta vie privée et de tes relations...mais c'est gentil, je suis touchée... 

Tout devient limpide. Je me laisse influencer par les sentiments de la rouquine et c'est surement aussi pour cela qu'il me fascinait autant. Judy avait raison, il est gentil mais pas que, il y a en lui quelque chose qui me donne envie d'être à ses côtés et de plus le connaître encore, comme s'il restait un mystère irrésoluble et insondable. Peut être que c'est pour ça qu'elle en était amoureuse...Je pense que je n'aurais surement jamais la réponse à mon interrogation. Tandis qu'il se relevait en prenant la vaisselle pour aller la nettoyer, je posais mon regard sur les cadres photos, une pointe de mélancolie me foudroyant. C'est souvent quand on se rend compte de la valeur des choses qu'il est bien trop tard ! Au fond de moi je regrette de ne pas m'être plus approchée d'elle...cette fille qui avait fait preuve de gentillesse à mon insertion. Ludwig et elle étaient les personnes qui m'avaient aider à me forger, à devenir meilleure et à tourner la page. Même si le feuillet à tendance à vouloir revenir sur le dernier chapitre, juste pour se donner l'impression d'être encore en vie. L'heure qui était affichée près des souvenirs photographiques annonçait qu'il était tard...et c'est aussi surement pour cette raison que je sentais un brin de fatigue m'étreindre, au point où, pensive je m'assoupis très légèrement.

Ce qui me tira de ma légère torpeur fut une question posée par le brun, sa voix résonnant un peu à mes oreilles.     

» J'aime particulièrement ce qui est fruits rouges, notamment la fraise...

Une bonne glace ! En voilà une idée, au moins ça permettra de refroidir un peu mon esprit vivace, qui a tendance a beaucoup trop dériver ce soir.  


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Ven 12 Jan - 21:02
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Je ne savais pas trop si j’avais bien fait de répondre à sa question aussi directement, elle semblait être gênée de ma réponse. Enfin, c’était plutôt le fait que j’ai répondu qui semblait la gêner puisque qu’elle exprima immédiatement qu’elle n’avait pas à se mêler de ma vie privée. Je haussais un sourcil suite à l’incompréhension mais je finissais par supposais qu’il s’agissait plus d’une question de pudeur de sa part. Je ne voyais pas vraiment où était le mal, il y avait des photos des filles dans l’appartement et ce n’est pas comme si les produits de la renarde avait pu passer inaperçu lorsqu’elle avait pris sa douche. Et la présence de Judy, elle commençait petit à petit à disparaître : elle avait quitté la colocation du jour au lendemain, un peu après qu’une de ses amies ait disparu. La seule information que j’avais eu été une lettre de sa part me disant qu’elle ne pouvait plus vivre ici, qu’elle s’excusait de partir avec autant de précipitation mais qu’il s’agissait d’une urgence et qu’elle ne savait pas si jamais elle pourrait revenir un jour.

En y songeant, elle n’avait pas laissé de numéro ou d’adresse pour la contacter mais elle avait toujours était tête en l’air et je me doutais qu’elle ne pouvait pas avoir été une des victimes des enlèvements qui étaient de plus en plus fréquents ces derniers temps : la raison était tout simplement qu’elle était humaine et que toute les victimes étaient des enigmas. Je regrettais un peu son départ si brusque, elle était une bonne amie pour moi. Un éclair de génie traversa mon esprit, je me rappelais que Judy et moi avions été les seuls à nous occuper de l’intégration d’Havana puisque beaucoup de monde voyait d’un mauvais œil qu’une jolie fille rejoigne le groupe : la qualifiant assez souvent d’attention whore. Mais Judy comme moi ne prêtions jamais grand intérêt aux rumeurs, tout le monde avait un second visage qu’il ne souhaitait pas forcement montrer.

Heureusement pour moi, cette ambiance un peu maussade fut vite dissipée quand je parlais du dessert. Aucun chagrin ne pouvait résister face au goût sucré et doux d’une crème glacé, et si en plus c’était à un parfum qu’on aimait beaucoup : c’était parfait. J’apprenais que la belle rousse aimait le parfum des fruit rouge et particulièrement la fraise, c’était une bonne chose puisque j’avais justement un pot de sorbet à la fraise et aux fruits rouges, je lui en préparé une coupe en la décorant légèrement : une cigarette russe, un petit bout de chocolat et quelques granules colorées sur le dessus ; si j’avais eu les petits parasols décoratifs qu’on met parfois dans les cocktails, j’en aurais mis un bleu pour elle. Pour ce qui était de ma coupe, je mélangeais des boules de glace à la pistache et de glace au café, je mettais exactement les mêmes décorations. Le tout prêt, je plantais une petite cuillère dans chacune des coupes et finissais par retournais sur le canapé pour poser les deux coupes sur la table et prendre la télécommande.

Alors que je zappais pour trouver un meilleur programme, je tombais plusieurs fois sur des programmes à l’eau de rose, le genre qu’on utilise la plupart du temps pour mettre une bonne ambiance entre deux personnes. Je soupirais, l’idée de laisser ce film m’avait peut-être traversé l’esprit mais… Havana et moi n’étions pas encore assez proches pour que je puisse imaginer ça : du rouge apparaissait sur mes joues alors que je me dépêchais de remettre la chaîne de manga et prenais une première cuillère de glace pour ne calmer mes idées folles.

- Si… Si tu as vu quelque chose qui te plaît… Je t’en pris, mets le…


Du coin de l’œil, je remarquais qu’elle avait un granule collé au coin des lèvres, c’était comme par reflex que je m’étais penché vers elle et que je le lui avais retiré du bout du doigt que je léchais juste après puisqu’il y avait un peu de glace aussi. Alors que les saveurs de la fraise commençaient à se présenter sur ma langue, je me rendais compte de ce que je venais de faire et reculer d’un bond, le visage rouge et les yeux paniqués. Pourquoi j’avais fait ça ? Moi-même je ne le savais pas, c’était venu naturellement.

- Je… Je… Je suis désolé ! J’ai… Je sais pas pourquoi j’ai fait ça… Excuse-moi.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Mar 16 Jan - 11:48
Après l'effort ?
FT : LUDWIG VOLKO


Serait-ce mal d'avouer que c'était, de ma vie, l'une des meilleures soirées que je passais ? Pourtant il n'y avait rien d'exceptionnel. Un affrontement sur Mario kart, une coopération culinaire, et un repas des plus délicieux. Et tout ça aux côtés d'un jeune homme qui ne me voulait ni mal, ni abuser de moi...Enfin ne nous réjouissons pas trop vite, n'oublions pas que demain nous allons devoir affronter la sentence irrévocable suite à l'altercation dans la salle de club, vous savez avec le teigneux et ses acolytes vampires. Pour l'heure, ce n'était peut être pas le moment idéal pour y penser, surtout qu'une bonne glace était au rendez vous pour clore cette appétence en beauté. Remerciant le brun qui me tendit une coupe des plus travaillées et décorée comme dans les cafés. N'a t'il pas dit plutôt qu'il travaillait dans un bar à chats ? Cela expliquerait son expertise après tout. Des étoiles plein les yeux, me délectant visuellement de cette grâce à laquelle chaque élément sublimait l'autre. Plongeant ma cuillère dans l'une des boule glacée, et la portant à mes lèvres, un frisson me parcourut. C'était froid certes, température inattendue à la chaleur de mon palais, mais ô combien délicieuse et agréable. Mon addiction au sucre en était tout simplement ravie.      

Voilà que je me retrouvais, curieuse, à chercher à quel parfum était la sienne. Non pas parce que je désirais par gourmandise lui voler son bien mais parce que je savais pertinemment que ça pourrait me permettre, d'en apprendre davantage sur lui. Après tout c'est bien le jeu du portrait chinois qui permet de définir la personnalité de quelqu'un par ses goûts ? En sciences, il est de paire qu'étudier les éléments chimiques, amène aussi à en éluder des comportements psychologiques. Chaque goût, chaque attrait, chaque passion est une donnée sensorielle, déchiffrable par des réactions dans les zones les plus complexes de notre cerveau. L'être humain est comme un chiffre binaire, il est un tout dans un programme. Terminant le dessert qui m'avait été offert, je reposais la coupe sur la table, en regardant d'un oeil distrait, les programmes que le brun faisaient défiler. Que des programmes nyan-nyan, des feuilletons, des films d'amour, des trucs de télé réalité. Il me donna la télécommande alors qu'il se remettait à faire la vaisselle de nouveau. Il a bien raison, ne jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même. Puisqu'il m'avait donné les rennes pour trouver un programme intéressant, je zappais doucement, une moue ennuyée sur le visage n'ayant pas remarquée la gêne qu'il a pu sentir. Et après on se demande pourquoi je passe mon temps sur les jeux...Non mais franchement, la télévision est remplie de débilités sans nom. La seule chose qui est encore intéressante c'est les séries policières...et encore...D'ailleurs je m'arrêtais vaguement sur l'une d'elle, écoutant attentivement les déductions qui en était faites...           

» Élémentaire mon cher Watson, mais tu te goures complètement c'est évident que le tueur ce n'est pas lui... 

Il m'arrive parfois de me parler à moi même, et soupirant je changeais de nouveau la chaîne, écoutant vaguement les paroles d'une fille qui disait du mal d'une autre.  

» C'est parce qu'elle, montre pas ses seins pour se mettre en valeur, allumeuse...non mais sérieusement toutes les femmes sont comme ça ?   

Switchant une dernière fois, je tombe sur un film où le héros chantait une chanson d'amour à une jolie rousse. Autant je n'aime pas les trucs à l'eau de rose, autant sa voix puissante, et la manière dont tout était filmé me submergea, si bien que j'en étais captivée et que je ne fit pas attention au brun qui revint vers moi. Et alors que ce "Christian" lui déclarait sa flamme à travers la chanson intitulée Your song, je fus surprise, pour ne pas dire tétanisée de voir Ludwig, se pencher vers moi et en retirer l'un des granulés qui était resté collé au loin de mes lèvres, et le lécher. Réaction ? Comme s'il remplissait une tasse de thé chaude, ma tête venait de virer au rouge comme si un contenu venait d'y être versé. Disons que faire cela passait encore, si ça n'avait pas été sur la scène où les deux protagonistes du film étaient également très proches. Alerte rouge ! Alerte rouge ! Ambiance amoureuse présente ! Risque d'évanouissement soudain ! Havana respire vite ! NE MEURS PAS !

Le coeur battant à vive allure dans ma cage thoracique, il était proche, trop proche ! Vite ! mettre de la distance... A ses balbutiements, vint très vite les miens.

» Ce...c'est rien...je...hum...ne t'en fait pas...

Bonjour le malaise ! Détournant le visage, je reportais mon attention sur le film comme une échappatoire, bien que ce n'était peut être pas une très bonne idée de le laisser, là maintenant...Calmant la rougeur de mes joues chaudes, je prenais la décision de changer une dernière fois, mettant une chaîne de test de jeux vidéos qui parlait également des nouveautés. Le temps s'écoula rapidement, et avec lui ma détermination à rester éveillée. Cela devenait de plus en plus difficile à ne pas laisser mes yeux se fermer, et lorsque je ne fus plus maître de mon corps, ma tête alla s'échouer doucement sur l'épaule du brun. Quand je me réveillais dix minutes plus tard, en m’excusant de m'être assoupie, la télé était éteinte, et Ludwig proposa que nous allions nous coucher. Bonne idée ! Non pas que je sois une faible, mais ça fait deux trois nuits que je fais du nocturne pour les ranked sur overwatch, et je vous avouerais qu'une bonne nuit de sommeil est la bienvenue.


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Mer 17 Jan - 14:03
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
En y réfléchissant, je pense que ma manière d’agir avait sûrement été influencée par l’ambiance que la musique que le dénommé Christian chantait à sa dulcinée. Havana semblait plus surprise et gênée qu’en colère et cela me rassurait légèrement, sa surprise était sûrement due à l’intérêt qu’elle avait eu pour ce passage du film était touchant, je ne savais pas qu’elle aimait ce genre de film et je supposais qu’il n’était pas évident aux autres de deviner que les films de ce genre me plaisaient particulièrement : les musiques étaient toujours belles et bien interprétées pour peu que le public ciblé ne soit pas des collégiennes. Alors que nous étions tous les deux gênés et que je m’étais réinstallé correctement dans le sofa, je me surprenais à chantonner à mi-voix la chanson tellement le rythme y était prenant.

Havana finit par zapper une dernière fois une fois la chanson finie, cette fois-ci nous tombions sur une chaîne centrée sur l’univers vidéo-ludique proposant des tests de jeux mais aussi des annonces des sortie à venir : un programme qui allait ne permettre d’oublier cet instant de gêne intense que la jeune femme et moi partagions encore à en voir le rouge de ses joues et en sentant la chaleur des miennes. Pour palier à cela, je reprenais une cuillère de glace et remarquais que la jolie rousse regardait de temps à autre mon bol : la curiosité sur mes goûts l’avait sûrement piquée et c’est avec une sourire toujours gêné que je lui tendais mon bol pour qu’elle puisse gouter.

- Pour me faire pardonner…

Le temps s’écoulait à une vitesse affolante alors que les extraits de jeux se suivaient sans vraiment de transitions, c’était une suite sans logique de tests mêlant tout et n’importe quoi : d’abord un fps militaire et juste après mettre un jeu de gestion et remettre ensuite un autre fps militaire mais se passant à une autre période historique. Je savais bien qu’il en fallait pour tout les goûts, mais autant d’information dans un tel désordre paraissaient rapidement incompréhensibles et indigestes surtout : j’en venais à ne plus savoir si tel extrait était pour tel jeu ou si c’était normal que certains passages soient plus beaux que d’autres. Je secouais la tête de gauche à droite et sentais doucement mes paupières devenir lourdes. Je me décidais de fermer les yeux quelques secondes, de manière à les reposer un peu puisqu’il me faisait un peu souffrir et lorsque je les rouvrais : vingt minutes avaient passé et Havana dormais calmement la tête posée sur mon épaule, j’aurais très bien pu rester comme ça, mais bonjour le courbature le lendemain et le froid lorsqu’on dors sans couverture. Je décidais donc de gentiment la réveiller.

- Tu seras mieux dans un lit… Reste là, je vais préparer tout ce qu’il faut…

Alors qu’elle se redressait doucement sur le canapé, je me levais et me rendais vers l’ancienne chambre de Judy qui était maintenant ce qu’on pouvait appeler une chambre d’amis, on aurait même pu croire que cette chambre n’avait jamais habité tant la présence de l’ancienne cheffe de club avait disparu. Elle était partie avec toutes ses affaires, mais ainsi va la vie et je n’allais pas me morfondre, je la reverrais sûrement un jour. J’installais des draps propres ainsi qu’un oreiller douillet et une couverture bien chaude. Je finissais par retourner dans la salle principale et voyais Havana debout à coté du canapé entrain de caresser Akane : celui-là alors, un vrai pot de colle quand il s’y mettait. Je m’approchais doucement d’elle et un sourire au lèvres je lui annonçais :

- Ta chambre est prête, la mienne est juste là, si tu as besoin de quelque chose, n’hésite surtout pas et si tu as un petit creux, il y a de quoi faire ton bonheur dans le frigo… Repose toi bien.

Et alors que je me retournais pour me dirigeais vers ma chambre, je sentais que quelque chose m’empêchait d’aller plus loin, que quelque chose me retenait. Son regard n’avait rien exprimé à par une certaine tristesse : comme si quelque chose la tracassait mais qu’elle n’osait pas en parler. Le coté amusant de la chose est qu’autre chose me retenait aussi sur place : l’une de ses mains qui tenait doucement mon T-shirt. Je restais immobile, un regard doux regard posé sur elle en attendant qu’elle parle.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 07/12/2017
Ven 19 Jan - 13:23
Le réconfort...
FT : LUDWIG VOLKO


Comme si ma curiosité venait d'être percée à jour, il me tendit le bol pour que je goûte sa glace. Les joues un peu rouge d'avoir été si prévisible, je plongeais ma cuillère dans la coupelle de ce dernier prenant la distinction des deux parfum, un vert se mêlant à un marron effacé, le mélange des deux créant une harmonie parfaite. Il me faisait un peu penser au jeune homme, et surtout à l'émeraude de son regard si prenante. Non mais à quoi je pense moi encore ? Havana tes pensées sont en train de trop divaguer. A force de côtoyer des gens sentimentalistes, toi même tu t'imprègnes de leurs attitudes. Et tu sais très bien que ça ne te ressemble pas. Il va falloir penser à y remédier. Portant le met glacé à mes lèvres, je prenais le temps de laisser fondre sur ma langue pour bien y déceler les goûts. Première fois que je mangeais de tels parfums, on dirait...hum je ne saurais le dire, du café ? Par contre l'autre...je me retrouve bien idiote à ignorer ce que cela pouvait être. Histoire de ne pas affirmer que j'en étais bel et bien une, je me contentais d'esquisser un sourire, signe que c'était bon, même si ça n'était pas dans mes habitudes alimentaires. Quoi que le café un peu, et encore...

Comme c'était moi qui détenait les clés de notre divertissement, j'avais décidé de mettre une chaîne de test de jeux vidéos, histoire de revenir dans une ambiance moins embarrassante. Seulement je ne m'attendais pas à quelque chose de très intéressant, ce genre d'émission aimait primer les jeux style FPS et gestion, plutôt que de vraies licences ou des jeux indépendants qui méritent d'être montrer, un peu comme un certain Journey, ou encore Child of light qui se sont révélés être de très bonnes surprises. Et puis très peu de RPG aussi, c'est d'ailleurs par la lourdeur du peu de diversité que j'ai fini par m'assoupir, ma tête échouant sur l'épaule du jeune homme. J'ignorais combien de temps s'était écoulé, ne me rappelant même pas avoir regardé la montre avant de me laisser happée par Morphée. C'est une parole, et un mouvement qui me sortit de ma torpeur alors que je me frottais doucement les yeux. Un lit ? Ho la bonne idée, depuis combien de temps n'avais-je pas dormie dans un bon lit chaud ? C'est que mon fauteuil de geek est peut être confortable, mais pour le dos...Si on veut attraper une scoliose, ouais c'est une solution. Alors que le brun s'éloignait, Akane vint se coller à moi pour réclamer quelques caresses dont je ne me privais pas de le cajoler. Il devait surement comme la plupart des animaux domestiques être dans son quart d'heure de réclamation tendresse. Remarque ce n'est pas le cas de sonic, mais bon on l'excuse ce n'est pas n'importe quel compagnon animalier. Un hérisson vous imaginez ? Dans le genre affectueux on a vu mieux quand même. Mais j'avais craqué pour sa bouille, et surtout cela me convenait de sortir de la norme.

Pendant que Ludwig n'était pas là, je me permettais de faire la conversation avec Akane, chuchotant presque pour moi même.

» Avoir le coeur qui bat rapidement quand ton maître est proche de moi...tu crois que ça s'appelle comment toi ? 

Bien évidemment, je savais pertinemment qu'il ne me répondrait pas, mais c'était comme pour me rassurer que je n'étais peut être pas si folle. J'esquissais un sourire, et vit le jeune homme revenir et me donner quelques explications. C'était donc ça faire preuve d’hospitalité ? C'était...perturbant mais à la fois très agréable. Par contre...cela signifiait que nous allions nous séparer et rien que d'imaginer me retrouver seule, dans l'immensité d'une pièce froide, avec pour seuls présence ma propre solitude, je sentis mon cœur s'accélérer et paniquer. C'est vrai qu'il y a des soirs où ça m'arrive de dormir seule, enfin dormir est un bien grand mot, mais à chaque fois ces nocturnes ci sont les plus difficiles et les plus douloureuses, me faisant réveiller en sursaut à cause de réminiscences ou de cauchemars présents. Pourquoi ? Parce que je repensais à Nathan...et la culpabilité qui m'oppressait étant persuadée que tout était encore une fois de ma faute. Si j'avais su avant...je...Non n'y repense pas, ce n'est pas le moment, et surtout tu sais que tu risques de fondre en larmes et inquiéter bien plus la personne qui est en face de toi. Comme un mouvement précipité, et sans vraiment réfléchir à la cause, j'avais attrapé le pan de son t-shirt pour l'empêcher de s'en aller, le visage légèrement baissé, les joues s'empourprant subitement de ma réaction. je me devais de dire quelque chose, mais les mots restaient bloqués dans ma gorge, et avant qu'il ne se tourne vers moi, je lâchais dans un petit soupir, des sanglots de la voix.        

» Ne...ne me laisse pas s'il te plait...

Et voilà, je venais encore de créer une situation embarrassante. Me rendant compte qu'il allait surement me juger, je retirais ma main en le lâchant.  

» Excuse moi c'est égoïste...Pardon...

C'est au moins bien de t'en rendre compte ma chère. Je faisais alors volte face pour m'éloigner vers la chambre, espérant secrètement qu'il me retiendrait. Je ne devrais pas me faire tant d'illusions.  


©️ ASHLING FOR EPICODE



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 28/08/2017
Sam 20 Jan - 16:36
Après l'effort, le réconfort~[ft Havana]
Alors que je me sois retourné vers elle, je remarquais qu’elle avait le visage légèrement rouge et le regard porté vers le sol, elle avait la même réaction que moi lorsque j’avais retiré le granulé de sa joue, je la trouvais assez mignonne mais ce n’était que le début. Au moment où elle me demanda de ne pas la laisser seule, j’eus un pincement au cœur qui me donna l’envie de la prendre dans mes bras et de la serrer aussi fort que possible pour la rassurer, mais ce geste aurait sûrement était mal vu. Sa demande me faisait réfléchir à la réputation qu’on lui donnait : elle n’avait pas franchement beaucoup d’amis à l’académie et les rares qu’elle avait attendaient la plupart du temps quelque chose de sa part, les hommes surtout. Ça me faisait du mal de ne pouvoir rien faire pour elle, je comprenais que chacune de ses actions n’était qu’une manière de ne pas se retrouver seule et sans personne.

Avant que je ne puisse répondre, elle lâcha le pan de mon t-shirt et s’excusa de son égoïsme avant de se retourner pour se diriger vers la chambre que je lui avais préparée. Ma raison comme mon cœur me hurlaient de ne pas la laisser seule et c’est comme par reflex que ma main avait attrapé la sienne. Une chaleur intense commençait à monter au niveau de mes joue, chose qui contrastait de manière assez importante avec sa main qui me semblait gelée. Je l’avais arrêtée, c’était un bon point : le mauvais point de la chose était que je n’avais absolument aucune idée de comment lui dire que je voulais bien rester avec elle cette nuit sans que cela ne paraisse étrange par rapport à ce qui s’était passé plus tôt dans la soirée. Je finissais par regarder sur le coté pour ne pas croiser son regard et être encore plus gêné par la chose.

- Je… Je sais que c’est difficile… De dormir seul dans un endroit inconnu… Mon… Mon lit est grand et… Si… Si ça ne te dérange pas… Je veux bien… T’y faire une place… Pour ne pas te laisser… Seule.

J’avais tellement envie de me cacher quelque part et ne plus jamais sortir à cet instant, j’avais tellement envie de courir loin de toute cette gêne, mais ça aurait voulu dire que j’aurais dû lâcher la main de la jeune femme et je n’en avais pas vraiment envie : ce contact que j’avais avec elle était trop agréable pour que je le brise, la douceur de sa main dans la mienne me faisait légèrement frisonner. Mais je ne voulais pas la gêner ou lui faire penser que mes intentions étaient autres que pour son bien. En soupirant, mes doigts finissaient par glisser le long des siens pour que mon bras retourne le long de mon corps. Le regard toujours porté sur le coté, je balbutiais quelques mots pour me faire pardonner.

- Je… Encore désolé… J’ai… Encore agi sans… Réfléchir… Mais… Si tu veux… Ma proposition tient… Toujours.

Par un heureux miracle, elle avait accepté : je supposais qu’elle l’avait fait plus pour ne pas se retrouver seule plutôt que pour moi, enfin j’essayais de m’en convaincre. Pour ne pas vous mentir, cette soirée en sa compagnie m’avait fait énormément de bien, ces derniers temps : hormis les gens que je croisais à l’académie et mes collègues aux café : je ne pouvais pas dire que j’avais vu beaucoup de mes amis. Laïska traînait avec d’autres personnes ces derniers temps et Judy n’était plus là. Je mentirais si je disais que savoir que quelqu’un d’autre allait dormir ici ne me faisait pas plaisir. D’un accord tacite, je la guidais jusqu’à ma chambre et lui présentais le lit avant de sortir d’aller m’asseoir au bord du lit. Du rouge aux joues, je finissais par reposais mon regard dans celui de la jolie rousse et d’un sourire gêné.

- Tu… Tu préfères dormir de quel coté du lit ?

Prenant compte de sa réponse, je m’installais de l’autre coté et me couvrais correctement sous la couverture. La manière que j’avais de dormir me faisait m’installer sur le coté et donc faire face à la demoiselle. Mon regard plongé dans l’azur du sien, je souriais doucement, amusé par la situation, en y réfléchissant : quand on repensait à comment la soirée avait commencé, le fait qu’on finisse au lit était comme un évidence mais contre toutes attentes, la raison de notre présence au lit n’était que pour dormir. Le soucis n’était pas qu’Havana ne me plaisait pas, au contraire : elle me plaisait énormément, aussi bien physiquement que mentalement, mais si elle et moi venions à être ensemble, j’allais juste avoir envie de la garder pour moi et je ne savais pas si c’était ce qu’elle voulait elle.

©Wolf

►____________signature____________◄


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Après l'effort, le réconfort~ [Avec Havana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort + Cassiopée et Ezreal
» Anim: Après l'effort le réconfort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academie Khrysalis :: Khrysalis Island :: Les habitations :: Quartier moyen :: Appart. Volko-
Sauter vers: